Colombie: Deux guérilleros de l'ELN libérés
Actualisé

ColombieDeux guérilleros de l'ELN libérés

Ces deux membres de la guérilla ont été désignés «facilitateurs de paix» par le gouvernement colombien.

1 / 147
Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Les autorités colombiennes ont annoncé dimanche avoir déjoué un attentat contre le leader de l'ex-guérilla des FARC, Rodrigo Londoño. (Lundi 13 janvier 2020)

Keystone
La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

La Colombie a connu dimanche les plus pacifiques de ces dernières années. Une femme devrait devenir maire de Bogota. (27 octobre 2019)

AFP
La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

La dissidence des Farc, a annoncé, dans une vidéo diffusée mercredi, la création d'un mouvement politique clandestin, suite à son soulèvement armé la semaine dernière. (4 septembre 2019)

AFP

Deux guérilleros de l'ELN emprisonnés ont été libérés ce weekend en Colombie, après avoir été désignés «facilitateurs de paix» par le gouvernement, l'une des conditions préalables aux pourparlers prévus à partir du 7 février à Quito, a annoncé la guérilla.

«L'application des accords entre le gouvernement et l'ELN avance. Et avec elle la confiance avance aussi», a déclaré dimanche l'Arme de libération nationale (ELN, guévariste) dans un message posté sur son compte Twitter @ELN_RANPAL, avec un lien vers l'information sur la remise en liberté des deux guérilleros.

«Les militants de l'ELN saluent les commandants que le gouvernement a nommés facilitateurs de paix» et qui «ont recouvré leur liberté», avait écrit précédemment la dernière guérilla encore active de Colombie, en les identifiant sous les noms de Juan Carlos Cuellar et Eduardo Martinez. Dans leurs fonctions de facilitateurs, ces deux guérilleros accompliront «des tâches qui rendent possible le chemin vers la paix», a-t-elle ajouté.

Un ex-député en otage

La semaine dernière, le gouvernement du président Juan Manuel Santos et l'ELN avaient annoncé le lancement le 7 février dans la capitale de l'Equateur voisin de pourparlers officiels pour mettre fin à plus d'un demi-siècle de confrontation armée, à l'issue de discussions menées en secret depuis janvier 2014.

Ces négociations formelles, qui devaient être précédemment entamées en octobre dernier, avaient été annulées au dernier moment par Juan Manuel Santos, l'un des otages de l'ELN, l'ex-député Odin Sanchez, n'ayant pas été relâché par la guérilla.

Selon les conditions posées en préalable, l'ancien parlementaire, retenu de puis avril, doit être libéré le 2 février, tandis que le gouvernement doit gracier deux guérilleros emprisonnés et en nommer deux autres facilitateurs de paix. Avec la libération des deux rebelles annoncée ce weekend, l'une de ces conditions est désormais remplie.

La dernière guérilla active

L'ELN a précisé dimanche que les guérilleros qui devraient être graciés, identifiés sous les noms de Nixon Cobos et Leivis Valero, se trouvent dans un «état de santé délicat» et «seront remis en liberté simultanément avec Odin Sanchez».

Issue d'une insurrection paysanne en 1964 et inspirée de la révolution cubaine, l'ELN est la dernière guérilla encore active dans le pays, suite à la signature fin novembre d'un accord de paix entre le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion