Canton d’Uri: Un camion militaire chute dans le précipice au col du Susten: deux morts

Publié

Canton d’UriUn camion militaire chute dans le précipice au col du Susten: deux morts

Samedi, un véhicule militaire est tombé de près de 220 mètres dans un terrain en forte pente. Les deux occupants, âgés de 51 et 57 ans, sont décédés sur les lieux de l’accident.

Les occupants ont été éjectés du véhicule.

Les occupants ont été éjectés du véhicule.

20Min/Lecteur reporter

Samedi, aux alentours de 15h20, un véhicule militaire roulait sur la route du col du Susten en direction de Wassen (UR). Il est soudain entré en collision avec une barrière de sécurité. Le camion a alors fait une chute d’environ 220 mètres dans un terrain en forte pente. Le camion a fait plusieurs tonneaux avant de s’immobiliser. Les deux occupants, deux hommes âgés de 51 et 57 ans, ont été éjectés du véhicule. Grièvement blessés, ils sont décédés sur les lieux de l’accident. Il s’agit de deux enseignants exerçant au Tessin. Ce lundi matin, une cellule psychologique a été activée dans l’établissement qui employait ces deux personnes.

Sous la direction du Ministère public d’Uri, la police cantonale a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de l’accident.

Pour le compte d’une association

D’après Daniel Reist, le porte-parole de l’armée, le camion militaire était conduit pour le compte de l’Association suisse des sociétés de motocyclisme militaire (ASMSM) – une association professionnelle hors du service. «Cette association compte près de 5500 membres, dont certains sont encore au service de l’armée et d’autres ne le sont plus», explique-t-il.

L’association effectue des transports pour l’armée et dispense une formation à la conduite hors service. «Ils utilisent des véhicules de l’armée pour former les futurs conducteurs de véhicules à moteur. Ceci aussi bien pour les militaires qui suivent déjà une formation de conducteur de véhicule à moteur que comme préparation à une formation de conducteur de véhicule à moteur dans l’armée», poursuit Daniel Reist. L’association serait en partie soutenue par la Confédération.

(comm/job/aze)

Ton opinion