Deux hommes sur trois menacés d'une pénurie d'eau
Actualisé

Deux hommes sur trois menacés d'une pénurie d'eau

Rome - Les Nations unies ont poussé jeudi à Rome un cri d'alarme quant à la situation des ressources en eau de la Terre.

Selon la FAO, deux hommes sur trois seront menacés d'une pénurie d'eau en 2025.

A l'occasion d'une conférence internationale organisée au siège de la FAO à Rome pour la «Journée Mondiale de l'Eau 2007» son directeur général Jacques Diouf a souligné la «grave préoccupation» de la FAO devant le fait que 1,2 milliard d'hommes vivaient déjà dans des zones où l'eau manque et que 500 millions d'autres étaient menacés de pénurie à court terme.

70% des ressources en eau étant utilisées pour l'agriculture, la baisse généralisée des ressources du fait des changements climatiques et la pollution de très nombreux grands fleuves font peser une menace directe sur l'alimentation dans les pays du sud, a rappelé le directeur général de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Priorité universelle

Le monde doit prendre conscience du fait que la lutte pour une eau propre et accessible à tous est devenue une priorité universelle, a-t-il souhaité. De l'accès à l'eau dépendent tant le développement de la lutte contre la faim «qui touche encore 850 millions d'être humains, un chiffre qui stagne», que la paix entre pays riverains des lacs et des fleuves.

Invitée à la conférence, Mme Maria Mutagamba, ministre ougandaise pour l'Eau et l'Environnement, a souligné que l'Afrique qui dispose de 9% des ressources hydriques de la planète en utilisait 3,8% seulement.

Dans un message à la conférence, le commissaire européen au développement et à l'aide humanitaire, le Belge Louis Michel a réitéré l'engagement de l'Union européenne à travailler avec les pays du sud pour que l'accès à une eau de qualité devienne une réalité pour tous.

Un droit de l'Homme

L'Italie pour sa part s'émeut du fait que la fourniture d'eau «bien commun au même titre que l'air» puisse devenir une marchandise confiée à des intérêts privés. L'eau doit être protégée par un statut juridique universel, a jugé Patrizia Sentinelli, vice- ministre italienne aux Affaires étrangères, qui a proposé que l'accès à l'eau soit reconnu dans sa charte par l'ONU comme l'un des droits de l'Homme. (ats)

Ton opinion