Crise en Syrie: Deux journalistes occidentaux tués
Actualisé

Crise en SyrieDeux journalistes occidentaux tués

L'armée syrienne a tué 27 personnes mercredi portant à plus de 7500 morts depuis le début du conflit au printemps. Par ailleurs deux journalistes occidentaux ont été tués.

Des soldats et des miliciens soutenant Bachar al Assad ont mené une série de raids contre plusieurs villages d'une province du nord de la Syrie, indique un groupe d'opposants, mercredi. Ils auraient tué 27 jeunes gens. Selon l'OSDH, la révolte contre le régime aurait fait plus de 7600 morts depuis mars 2011, en majorité des civils.

Parmi les victimes figurent 5542 civils, 1692 soldats et membres des services de sécurité et près de 400 déserteurs, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans le nord du pays, les jeunes gens, tous des civils, ont été pour la plupart abattus de balles dans la tête ou dans la poitrine alors qu'ils se trouvaient chez eux ou dans la rue dans les villages d'Idita, d'Ibline et de Balchone dans la province d'Idlib proche de la frontière avec la Turquie, rapporte le Réseau syrien pour les droits de l'homme.

Plusieurs vidéos postées sur YouTube et enregistrées par des militants locaux montrent des cadavres de jeunes gens blessés par balles dans les rues et dans leurs maisons. L'authenticité des images n'a pas pu être confirmée de manière indépendante.

Deux journalistes occidentaux tués à Homs

Deux journalistes occidentaux ont été tués mercredi dans la ville syrienne rebelle de Homs (centre) où les bombardements ont touché un centre de presse de militants antirégime, a affirmé un militant sur place à l'AFP.

«Deux journalistes ont été tués quand les bombardements ont visé notre centre de presse dans le quartier de Baba Amr. Trois ou quatre autres journalistes étrangers ont été blessés», a indiqué le militant Omar Chaker à Baba Amr, contacté via Skype.

Le grand reporter français Gilles Jacquier a été le 11 janvier le premier journaliste occidental tué en Syrie depuis le début de la révolte populaire contre le régime de Bachar al-Assad il y a dix mois. Il a péri à Homs, épicentre de la contestation dans le centre de la Syrie, lors d'un voyage autorisé par les autorités qui restreignent drastiquement les mouvements des journalistes dans le pays.

Aucun témoin sur place n'a pu établir si l'obus qui l'a tué avait été tiré par un rebelle syrien ou s'il s'agissait d'un tir de l'armée syrienne. (ats)

Ton opinion