Football - Mondial 2018: Deux locaux de l'étape en ballottage défavorable
Actualisé

Football - Mondial 2018Deux locaux de l'étape en ballottage défavorable

François Moubandje et Léo Lacroix ne partent pas pour être des titulaires en puissance samedi contre la Lettonie. Mais les deux «Welches» ne boudent pas leur plaisir.

par
rca

Il est rare que l'équipe de Suisse s'entraîne et joue en Romandie. Ils sont aussi assez rares les joueurs venus de Suisse romande à arriver à intégrer la Nati. Lors de ce rassemblement, ils sont cinq et c'est un chiffre presque élevé par rapport aux standards habituels de ces dernières années. Outre la famille Fernandes bien représentée avec Gelson et Edimilson, ainsi que le «vétéran» Johan Djourou, le contingent est complété par le Lausannois Lacroix et le Genevois Moubandje. Ces deux derniers ne devraient pas débuter samedi, mais ils apprécient tout de même le retour aux sources de cette semaine valdo-genevoise.

«A la maison»

«J'ai vécu, je pense, à deux kilomètres du stade, a souri Lacroix jeudi, lors du dernier entraînement à la Pontaise. J'ai aussi fait une partie de ma formation ici, au Lausanne-Sport. Je suis donc très content de revenir ici, à la maison.» «On joue à Genève, ma ville, où j'ai grandi et au Stade de Genève, où j'ai évolué avec Servette, a aussi apprécié Moubandje. Maintenant quitte à ne pas jouer, mais gagner le match, ça restera une satisfaction.»

Ils ont respectivement joué 17 et 26 matches de Ligue 1 française cette saison. Mais à 25 et 26 ans, le Genevois et le Valaisan ne sont pas (encore?) dans les petits papiers de Vladimir Petkovic. Malgré l'absence de Ricardo Rodriguez, dont il est le remplaçant naturel, Moubandje risque de laisser sa place à Michael Lang, latéral droit de formation. Lacroix, lui, devrait être le remplaçant de Schär et de Djourou, qui jouent pourtant soit rarement, soit contre la relégation en Bundesliga.

Expatriation nécessaire

Leur départ vers le Championnat français leur a tout de même ouvert les portes du groupe. S'expatrier est presque devenu une condition sine qua non pour intégrer la Nati, puisque seuls Michael Lang et Renato Steffen (rappelé en urgence jeudi) de Bâle évoluent en Super League parmi les 23 de Petkovic. «La L1, ça m'a permis de franchir une étape, a analysé l'ancien Sédunois. C'est un championnat qui me convient bien. Je continue ma progression et à travailler. En Ligue 1, j'affronte des attaquants de très grande qualité tous les week-ends, quand je joue. Ca, ça a fait que j'ai été appelé en équipe nationale.» François Moubandje, lui, a vécu à peu près le même parcours: «De pouvoir enchaîner les matches avec Toulouse, ça me donne une forme particulière.»

Les deux hommes ne sont toutefois pas du genre à bouder leur plaisir. Ils ont surtout souligné leur bonheur d'être appelés sous les drapeaux et de pouvoir s'entraîner avec des joueurs de calibre international. «Il y a 23 joueurs ici qui espèrent jouer samedi, a dit Lacroix. L'important, c'est de se préparer et de donner le maximum. Voilà, c'est le coach qui décide.» «Chaque fois que je viens, c'est en espérant avoir du temps de jeu, comme n'importe quel joueur», a répondu son compère romand, qui fait aussi confiance à son entraîneur pour effectuer le meilleur choix possible. En espérant quand même qu'il le choisira lui...

Ton opinion