RD du Congo: Deux Norvégiens condamnés à mort pour meurtre

Actualisé

RD du CongoDeux Norvégiens condamnés à mort pour meurtre

Deux Norvégiens accusés du meurtre d'un Congolais et d'espionnage, ont été condamnés à mort mardi par un tribunal militaire de la République démocratique du Congo.

Cette décision a aussitôt dénoncée par Oslo, qui a rappelé son opposition à la peine capitale et nié tout espionnage à son profit.

Les deux hommes, âgées de 27 et 28 ans, deux ex-militaires «ont été condamnés à la peine capitale» pour avoir tué le 5 mai le chauffeur d'un véhicule 4x4 qu'ils avaient loué à Kisangani, capitale de la Province orientale, a déclaré Me Guillaume Likwela, l'un des avocats des accusés.

Le tribunal les a aussi condamnés pour détention illégale d'arme de guerre, vol à main armée et association de malfaiteurs. L'un d'eux est également poursuivi pour tentative d'assassinat sur deux autres personnes, et l'autre pour complicité.

Plusieurs parties civiles, comme la famille et les proches de la victime, l'association des chauffeurs ou le propriétaire de la voiture, devront être indemnisées à hauteur de 500.000 dollars, selon le verdict du tribunal.

A Oslo, le chef de la diplomatie norvégienne, Jonas Gahr Stoere, a immédiatement dénoncé cette décision et rejeté toute activité d'espionnage au service de la Norvège par les condamnés, qui ont tous deux servi dans l'armée norvégienne.

«La Norvège est par principe opposée à la peine capitale», a réagi le ministre dans un communiqué. «Nous contestons la condamnation pour espionnage (...), nous contestons aussi la décision du tribunal de tenir l'Etat norvégien pour solidairement responsable des réparations, a affirmé M. Stoere.

Aucune «preuve irréfutable»

Pour sa part, l'avocat des accusés a souligné l'absence de toute «preuve irréfutable». Me Likwela a encore regretté que le procès ait eu lieu sans interprète, dans une langue, le français, que ne parlent pas ses clients.

Les deux condamnés, qui ont toujours plaidé non coupables, ont déclaré avoir été attaqués par des bandits, alors qu'ils étaient en repérage pour faire venir des touristes dans la région. Ils ont cinq jours pour faire appel.

Le lieutenant-colonel Roger Wabara, qui a requis les peines, a de son côté indiqué que «les condamnés étaient des gens qui avaient refusé de parler depuis le début du procès, respectant les consignes de leurs avocats».

La peine de mort, si elle peut encore être requise, n'est toutefois plus appliquée dans le pays, et est commuée en prison à perpétuité. En RD du Congo, les tribunaux militaires sont compétents pour les affaires avec usage d'armes à feu.

(ats)

Ton opinion