France: Deux nouvelles lignes TGV inaugurées
Actualisé

FranceDeux nouvelles lignes TGV inaugurées

Les villes de Rennes et de Bordeaux sont désormais reliées à Paris par des lignes ferroviaires à grande vitesse.

Les ministres français de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et des Transports, Elisabeth Borne, au centre, ont emprunté la ligne Paris-Rennes.

Les ministres français de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et des Transports, Elisabeth Borne, au centre, ont emprunté la ligne Paris-Rennes.

AFP

Les deux nouvelles lignes TGV, qui relieront Paris à Bordeaux en 2h04 et à Rennes en 1h25, ont été inaugurées en grande pompe samedi en présence du président Emmanuel Macron. La mise en service commerciale est prévue à partir de dimanche.

Le train inaugural pour Bordeaux a quitté la gare de Paris-Montparnasse à 08h41, avec à son bord le président de la SNCF, Guillaume Pepy, les ministres de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, et des transports, Elisabeth Borne. Emmanuel Macron devait emprunter, lui, dans l'après-midi le TGV inaugural de la ligne Paris-Rennes.

Grosse organisation

Ce voyage «présidentiel» nécessite une grosse organisation. Selon la SNCF, trois TGV se suivront: un train ouvrira la voie pour déjouer d'éventuels obstacles, le second transportera le président et le dernier fermera la voie. En cas de panne, ils pourront se tracter l'un l'autre. Selon l'entreprise ferroviaire, tous les ponts et ouvrages d'art situés sur le trajet feront l'objet d'une surveillance par les forces de l'ordre.

C'est la première fois que deux LGV (lignes à grande vitesse) sont inaugurées en même temps. Et pour s'y adapter, la moitié des horaires des trains en France sera modifiée. Il y aura 29,5 allers-retours quotidiens - dont 12,5 directs - entre Paris et Rennes, et 33,5 vers Bordeaux - dont 18,5 directs. Les gares se sont refait une beauté pour accueillir les 4 millions de voyageurs supplémentaires que la compagnie ferroviaire française SNCF espère attirer sur ces lignes d'ici 2019.

Ces liaisons étaient très attendues par les capitales bretonne et girondine, qui espèrent ainsi accroître leur attractivité et bénéficier des retombées économiques. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion