Etats-Unis: Deux officiers de police suspectés de viols
Actualisé

Etats-UnisDeux officiers de police suspectés de viols

Des agents auraient fait du chantage à plusieurs femmes: faveurs sexuelles ou arrestations.

par
Guillaume Serina
Los Angeles

Le LAPD (Los Angeles Police Department) n'avait pas besoin de cela. Le fameux département de police de la deuxième ville des Etats-Unis a connu une histoire mouvementée ces dernières décennies, avec des scandales de violences racistes notamment. Et les deux derniers «chefs» en poste, Bill Bratton et l'actuel Charlie Beck, se sont efforcés de redonner un prestige à la vieille institution. Malheureusement, l'édifice policier se fissure encore un peu aujourd'hui, avec la mise en cause de deux agents de police. Il font face, ce mardi, à des sanctions internes avant, peut-être, d'avoir à faire à la justice californienne.

James Nichols et Luis Valenzuela risquent d'être renvoyés du LAPD pour des faits commis sur plusieurs années, révèle ce matin le Los Angeles Times. Alors que les deux agents faisaient partie de la cellule anti-narcotique de l'antenne policière du quartier de Hollywood, plutôt malfamé, ils auraient abusé sexuellement d'au moins quatre femmes. Selon les documents encore confidentiels cités par le quotidien, Nichols et Valenzuela les auraient arrêtées, ou utilisées comme des «indics», avant de les agresser sexuellement dans leur véhicule de police. Le chantage semblait facile: sexe ou bien la prison.

Les deux officiers étaient des agents chevronnés. Nichols présente treize années d'expérience au sein du département et Valenzuela, seize. Pendant la durée de l'investigation, ils ont été suspendus mais ont continué à être payés. Selon les règles, en effet, le «police chief» ne peut pas renvoyer un agent seul. C'est toute un processus disciplinaire à suivre.

Mais cela se sera pas tout. Un procureur rassemble déjà d'autres éléments de preuve pour renvoyer Nichols et Valenzuela, tous les deux 41 ans, devant les assises. Pour l'avocat du premier, les femmes «n'ont aucune crédibilité». Selon les sources, il pourrait s'agit de prostituées, forcées d'effectuer des fellations sur les agents de police.

(Franceusamedia.com)

Ton opinion