Irak – Deux peshmergas tués dans une attaque attribuée à l’EI
Publié

IrakDeux peshmergas tués dans une attaque attribuée à l’EI

Les deux combattants kurdes gardaient un barrage lorsqu’ils ont été tués lors d’une attaque à l’arme légère.

Des combattants peshmergas lors d’une cérémonie en juin dernier.

Des combattants peshmergas lors d’une cérémonie en juin dernier.

AFP

Deux peshmergas, les combattants du Kurdistan irakien, ont été tués samedi lors d’une attaque attribuée au groupe État islamique dans le nord de l’Irak, une région dans laquelle les djihadistes sont toujours actifs, ont annoncé les autorités de la région autonome du Kurdistan.

Des «terroristes de l’État islamique» ont attaqué à l’arme légère un barrage des peshmergas dans la région de Zerga Zaour, à 55 km au nord-ouest de la ville de Kirkouk, et «malheureusement deux combattants peshmergas sont tombés en martyrs», ont annoncé les services antiterroristes du Kurdistan irakien dans un communiqué. Zerga Zaour se trouve sur le territoire fédéral de l’Irak, à la limite avec la région autonome du Kurdistan, dans une zone pétrolière que revendiquent tant le gouvernement de Bagdad que les autorités régionales d’Erbil.

Fin 2017, les forces gouvernementales irakiennes ont repris le contrôle des positions tenues par les combattants kurdes dans la province de Kirkouk pendant trois ans. Mais aujourd’hui des peshmergas continuent d’être déployés dans le district d’Altun Kubri, où se trouve Zerga Zaour.

L’attaque de samedi soir survient quatre jours après une offensive, également imputée à l’EI, qui a fait 15 morts dans un village de la province de Diyala, dans l’est de l’Irak. L’Irak a proclamé sa victoire contre les djihadistes fin 2017. Mais ils restent une menace et continuent de mener des attaques ponctuelles contre des villageois et les forces de sécurité dans le nord du pays, notamment dans la région de Kirkouk.

Le dernier attentat d’envergure revendiqué par l’EI en Irak a visé en juillet un marché du quartier chiite de Sadr City à Bagdad qui a fait une trentaine de morts.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires