Malte: Deux prêtres condamnés pour pédophilie
Actualisé

MalteDeux prêtres condamnés pour pédophilie

Deux prêtres maltais ont été condamnés mardi par le tribunal de La Valette à six et cinq ans de prison pour des actes de pédophilie commis dans un orphelinat dans les années 80.

Le verdict, rendu après huit ans de marathon judiciaire, a été rendu devant une salle d'audience comble. Les deux prêtres ont annoncé à travers leurs avocats leur intention de faire appel.

Charles Pulis, reconnu coupable dans neuf affaires d'abus (dont six à son domicile), a été condamné à six ans de prison, tandis que Godwin Scerri a écopé d'une peine de cinq ans pour avoir abusé d'un nombre non précisé d'enfants.

«Le dommage qu'ils ont causés ne disparaîtront jamais»

«Ils ont fait beaucoup de mal. Ils ont affecté nos vies et celles de nos familles. Certaines victimes ont fini par se droguer et d'autres sont mortes depuis. Les dommages qu'ils ont causés ne disparaîtront jamais», a réagi Lawrence Grech, l'une des victimes.

M. Grech a espéré que l'Eglise prendra des mesures pour mettre fin aux fonctions des deux prêtres avec effet immédiat.

Les vicitmes ont commencé à parler en 2003

L'affaire avait débuté en 2003 lorsque Lawrence Grech et dix autres victimes avaient décidé de rendre publics les abus dont ils avaient été victimes entre 13 et 16 ans à l'orphelinat Saint-Joseph de Santa Venera, près de La Valette.

Un troisième prêtre, Joe Bonett, était également impliqué mais il est décédé en janvier à 63 ans.

L'Eglise de Malte avait estimé en octobre que les plaintes des victimes de prêtres pédophiles de l'orphelinat Saint-Joseph étaient «fondées» et allaient être transmises au Vatican.

La Pape a rencontré certaines des victimes

Huit victimes avaient rencontré le pape Benoît XVI au cours de sa visite à Malte en avril 2010, lors d'une entrevue marquée par l'émotion.

Le pape avait alors assuré que «l'Eglise fait et continuera à faire tout ce qui est en son pouvoir» pour enquêter sur les cas d'abus, faire juger les responsables et prendre des mesures concrètes pour «protéger les jeunes à l'avenir».

Avant la visite du pape, l'Eglise maltaise avait révélé qu'une commission mise en place en 1999 pour traiter les affaires de pédophilie avait reçu des accusations contre 45 prêtres, dont la moitié s'étaient révélées sans fondement. (afp)

Ton opinion