Actualisé 21.05.2012 à 16:30

GenèveDeux projets pour l'extension de Cornavin

L'augmentation de la capacité ferroviaire genevoise se fera à la gare de Cornavin. La variante en surface est privilégiée par les CFF. Les autorités genevoises ont de leur côté poussé pour que le projet en sous-sol soit lui aussi étudié par un expert indépendant.

L'agrandissement de la gare de Cornavin est inéluctable. La façon de le faire divise.

L'agrandissement de la gare de Cornavin est inéluctable. La façon de le faire divise.

Le département de l'intérieur et de la mobilité (DIM), l'Etat et la Ville de Genève ont annoncé lundi leur soutien commun au projet des CFF d'augmenter le nombre de voies en gare de Cornavin à l'horizon 2025. L'éventualité un temps évoquée de déplacer la gare principale de Genève à la Praille ou à l'aéroport a été définitivement écartée, de même que les autres options proposées à Cornavin.

Double de voyageurs d'ici 2025

«La Ville et le canton unissent leurs forces pour défendre l'extension de la gare de Cornavin. Une lettre commune a été adressée à la Conseillère fédérale Doris Leuthard. Ce n'est pas si fréquent qu'une telle chose arrive», précise Michèle Künzler, la Conseillère d'Etat en charge de la mobilité. La gare de Cornavin sera saturée dès 2016, une année avant la mise en service du CEVA.

Les autorités cantonales et municipales genevoises militent pour que les Chambres fédérales augmentent la part du fonds fédéral d'investissement ferroviaire de 3,5 à 6 milliards de francs. Ce qui permettrait d'inclure dans le fond d'extension les deux voies supplémentaires prévues à Genève. La votation devrait avoir lieu en septembre ou décembre 2012.

Genève, le parent pauvre

Les infrastructures actuelles du bassin lémanique ne correspondent pas aux besoins futurs puisque le doublement du nombre de voyageurs entre Lausanne et Genève est prévu d'ici 2025. «Notre région a un grave retard au niveau ferroviaire. Nous sommes les parents pauvres de la Suisse», regrette le conseiller administratif Rémy Pagani.

Un avis que partagent les CFF. «Il y a une urgence absolue de développer la capacité de la gare de Cornavin. Cela figure en haut de nos priorités car nous estimons à 30 ans le retard pris à Genève dans les transports publics et ferroviaires», dit Laurent Staffelbach, délégué de la direction CFF Infrastructure et chef de projet général Léman 2030.

De plus, le bassin lémanique est la région de Suisse qui connaît le développement le plus dynamique. Une tendance appellée à se poursuivre. La construction de deux voies supplémentaires permettrait d'augmenter le nombre de trains de 40%. «Une série d'autres aménagements ferait quadrupler l'offre en places assises», soutient Laurent Staffelbach.

La piste nord privilégiée par les CFF

Un expert indépendant sera mandaté afin d'étudier les critères de fonctionnalité, de coûts et de procédure des deux variantes retenues. «Nous privilégions la piste dite nord, en surface», reconnaît M. Staffelbach. Cette option, qui empièterait sur le quartier des Grottes, nécessiterait la démolition de 350 logements. 300 seraient reconstruits dans le quartier.

L'alternative à ce projet, budgetisé par les CFF à 790 millions de francs, est la construction de deux voies en sous-sol, proposée par le «Collectif 500». Les CFF en estiment le coût à 1,7 milliard. «Nous ne sommes pas convaincus que le différentiel de prix soit fiable», explique Mme Künzler.

La Conseillère d'Etat reconnaît que le surcoût incomberait aux collectivités locales: «Si le budget total est de l'ordre du milliard, il faudrait peut-être demander à la population si elle est d'accord d'aller dans ce sens. Cela mériterait un référendum ou une initiative populaire». «Nous participerons à cette oeuvre commune. Je m'y engage au nom du Conseil municipal», dit M. Pagani. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!