Guerre en Libye: Deux rebelles tués dans un raid de l'OTAN
Actualisé

Guerre en LibyeDeux rebelles tués dans un raid de l'OTAN

Deux rebelles ont été tués et une dizaine blessés par un raid aérien de l'OTAN jeudi à l'est du port pétrolier de Brega.

«Il s'agissait d'avions de l'OTAN. Ils ont ouvert le feu deux fois en direction d'un char et l'ont fait exploser», a indiqué un rebelle, Ali Sahli. Parmi les blessés, deux sont grièvement touchés, a indiqué le docteur Cherif Hassi à l'hôpital d'Ajdabiya où ont été transportées les victimes.

«Au lieu d'attaquer Kadhafi ils nous attaquent. Qu'est-ce qui ne va pas avec nos amis les Etats Unis et le Royaume Uni», s'interroge Souleimane Rifadi, un volontaire à l'hôpital d'Ajdabiya, à 80 km à l'est de Brega.

«Pourquoi l'OTAN bombarde à l'est alors que les forces de Kadhafi sont à l'ouest?», demande un jeune rebelle Omar Mohamed, arrivé à l'hôpital avec le convoi d'ambulances suivi par des véhicules militaires des rebelles. D'intenses combats opposent depuis une semaine les rebelles aux forces loyales au dirigeant Mouammar Kadhafi autour de Brega.

Neuf rebelles tués vendredi

Vendredi dernier, dans cette même région à l'est de Brega, un raid aérien de l'OTAN avait tué par erreur neuf rebelles libyens et quatre civils qui circulaient en convoi.

Le pilote a sans doute pensé avoir été visé par un rebelle qui a tiré en l'air à la mitrailleuse avec des balles traçantes, en signe de joie, avait précisé un responsable proche des rebelles.

L'Alliance atlantique, qui a pris le commandement de l'opération en Libye jeudi dernier, n'a pas formellement reconnu que l'un de ses avions était présent à l'endroit de l'incident et qu'il avait ouvert le feu. Mais «si quelqu'un tire sur l'un de nos appareils, ils ont le droit de se défendre», avait souligné un responsable.

A l'ouest du pays, des avions ont survolé jeudi Tripoli et des explosions ont été entendues dans la banlieue-est. (ats)

Les combats se poursuivent à Misrata

Des affrontements entre les rebelles et les forces loyales au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi à Misrata (ouest) se concentraient jeudi aux abords de la ville toujours sous contrôle de la rébellion, a indiqué à l'AFP un porte-parole des insurgés.

«La situation est calme dans le centre de la ville que nous contrôlons toujours. Mais des affrontements sont en cours autour de la ville. Les rebelles empêchent les forces de Kadhafi d'avancer dans la cité», a déclaré ce porte-parole sous couvert de l'anonymat.

Il a ajouté que «le port de la ville était la cible de roquettes de pro-Kadhafi qui veulent empêcher l'aide d'arriver à la ville».

Selon lui, les forces de la coalition ont mené des raids sur les forces de Kadhafi à l'extérieur de la ville.

«Aujourd'hui les avions survolent toujours Misrata mais il n'y a pas eu de bombardements», a-t-il ajouté.

La ville de Misrata, pilonnée sans relâche depuis un mois et demi par l'armée régulière, fait désormais l'objet de toutes les attentions de la communauté internationale.

Emboîtant le pas à l'Otan, qui a fait de cette ville commerciale et industrielle sa «priorité numéro un», l'Onu a appelé à une cessation des hostilités autour de la ville.

Selon le porte-parole, des rébelles à Misrata, un bateau français est arrivé mercredi au port de la ville avec à son bord de l'aide médicale.

«Nous avons aussi reçu mardi de l'aide de Benghazi», a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

Ton opinion