Deux sergents condamnés - Leurs supérieurs critiqués
Actualisé

Deux sergents condamnés - Leurs supérieurs critiqués

Un tribunal militaire a condamné vendredi à Berne deux sergents d'une école de recrue de Frauenfeld pour voies de fait, usurpation de pouvoirs et infractions au règlement.

Il a en revanche rejeté la plupart des autres chefs d'accusation.

Les deux sous-officiers ont notamment été blanchis de l'accusation de racisme, de lésions corporelles et d'injures. Sur la plupart des points où le tribunal les a déclarés non coupables, les sergents ont écopé de peines disciplinaires sous la forme d'amendes avec sursis. Les agissements des deux hommes sont absolument indignes de leur statut de sergent, a justifié le président du tribunal.

Les chefs d'accusation sur lesquels ils ont été condamnés leur valent des amendes de 500 et 800 francs.

Ebruité par la presse

Les faits en cause se sont déroulés entre novembre 2005 et janvier 2006, à l'Ecole de recrues d'artillerie de Frauenfeld. Ils avaient été rendus publics par un article de presse en mars 2006.

L'un des deux sergents était accusé d'avoir entre autres pointé son pistolet sur une recrue de garde et d'avoir déclaré que de «tels subordonnés devaient être alignés contre un mur et abattus». Il aurait en outre contraint ses hommes à le porter sur une civière pendant des kilomètres. L'une des recrues a dû être traitée médicalement suite à cet incident.

Quant à l'autre sergent, on lui reprochait d'avoir à plusieurs reprises fait le salut hitlérien et de s'être comporté de manière raciste. On l'accusait en outre d'avoir écrasé avec le pied des recrues qui rampaient sur le sol.

Défense des accusés

De manière générale, le tribunal a plutôt pris la défense des deux sergents alémaniques, critiquant le manque de contrôle de la compagnie par leurs supérieurs. Selon les juges, les deux accusés étaient dépassés, n'ayant pas reçu la formation professionnelle pour commander une compagnie de 80 hommes.

(ats)

Ton opinion