Cyclisme - Deux Suisses en forme au milieu d’une nuée de favoris

Publié

CyclismeDeux Suisses en forme au milieu d’une nuée de favoris

Les cyclistes helvétiques aiment lutter contre le chrono. Stefan Küng et Stefan Bissegger viseront tous deux le titre, dimanche, lors des Mondiaux dans les Flandres.

par
Robin Carrel
(Bruges)
Stefan Küng pense être plus fort qu’il y a un an.

Stefan Küng pense être plus fort qu’il y a un an.

AFP

Un parcours de 43,3 km tracé entre le bord de mer et le centre de Bruges, un profil plat comme la main, une météo incertaine... Ce qui est sûr, parmi une flopée d’incertitudes, c'est que les deux Suisses en lice postuleront pour le podium voire le titre mondial du contre-la-montre, au milieu d'une petite dizaine d'autres favoris ce dimanche. On en viendrait même à rêver pourquoi pas? – de retrouver deux Suisses sur le podium!

Alex Zülle sur la plus haute marche, Tony Rominger sur la troisième: c'est la dernière fois que deux Helvètes ont arraché des médailles lors d'un même exercice individuel planétaire. C'était en 1996 à Lugano, et surtout une tout autre époque. Les fusées thurgoviennes vont-elles pouvoir faire aussi bien ce week-end en Belgique? Les résultats récents parlent en tous cas en faveur des athlètes de la Groupama-FDJ et d'EF Education First.

Alex Züller fonce vers le titre mondial du contre-la-montre. C’était le 10 octobre 1996 à Lugano.

Alex Züller fonce vers le titre mondial du contre-la-montre. C’était le 10 octobre 1996 à Lugano.

AFP

Küng sort tout juste de la reconquête de son titre européen de l'exercice, il y a une dizaine de jours à Trente, dans le nord-est de l'Italie. Le coéquipier de Thibaut Pinot a réussi une superbe démonstration sur les routes transalpines, surtout sur la deuxième partie du parcours, où il a fait de grosses différences. Attention toutefois, vers Bruges, le CLM fera presque le double de la distance.

«Je le suis depuis trois saisons, et il ne fait que progresser, sourit Julien Pinot, l’entraîneur de Küng au sein de la Groupama-FDJ et présent également dans les Flandres. Je pense qu’il n’a pas encore atteint ses limites. En 2020, lors de sa période post-Tour de France, avec les Européens, le Mondial et sa dernière course en Belgique, il était un cran au-dessus de l'année précédente. Cette saison, il m'a semblé bien plus fort encore. Aux JO de Tokyo, il finit à moins d'une seconde de la médaille. C’est vrai, c’est rageant. Mais le parcours était difficile et il faisait chaud. Il y a deux ans, il aurait été loin des meilleurs. Je trouve qu'il est en pleine progression physique, mais aussi au niveau de la connaissance de soi. Son physique est donc meilleur, mais sa gestion de celui-ci aussi.»

Quelques jours avant le succès de son illustre aîné pour conserver le maillot de champion d'Europe, Bissegger l'avait devancé à Lelystad, sur le chrono du Tour du Benelux. Avec son habileté habituelle, le jeune Suisse avait découpé le tracé technique du bord de mer pour l'emporter avec une quinzaine de secondes sur l'Italien Edoardo Affini et une vingtaine sur Küng. Le coureur d'EF a aussi gagné cette saison le chrono de Paris-Nice, une étape sur le Tour de Suisse... Pas mal pour un coureur qui effectue sa première saison complète chez les pros et a disputé son premier Tour de France.

Le profil du contre-la-montre de dimanche.

Le profil du contre-la-montre de dimanche.

«Ç’a été une très bonne saison pour moi jusqu’ici, et la forme du moment est super, se réjouit le Thurgovien de 23 ans. Je me suis amélioré et ma participation à la Grande Boucle m’a amené pas mal d’expérience. On verra comment ça va se passer ici… J’étais un peu déçu des derniers championnats d’Europe où j’ai eu un peu de malchance (ndlr: 4e à 8’’ du podium). Mais je n’avais pas les jambes pour faire mieux.»

La vérité de ces dernières semaines sera-t-elle celle de dimanche? Car si l'équipe de Suisse fait figure d'épouvantail, il y aura une colonie d'ogres au départ, venus des quatre coins de la planète.

Le Belge Wout Van Aert sera l'homme à battre, ce dimanche, comme dimanche prochain lors de la course en ligne. Son compatriote Remco Evenepoel est un talent incroyable. Le Slovène Tadej Pogacar a déjà surpris lors d'un chrono décisif. Le Danois Kasper Asgreen est très régulier dans l'exercice. Le tenant du titre italien Filipp Ganna est une machine. Et il y a aussi, pourquoi pas, le Britannique Ethan Hayter, le Colombien Rigoberto Uran, l'Américain Brandon McNulty ou le Polonais Michal Kwiatkowski qui peuvent postuler…

«Le parcours ici est vraiment tout plat, l’effort sera donc linéaire. Il faudra bien le gérer, prévient Stefan Küng. Mais les Mondiaux, c’est particulier. Il y a toujours des coureurs que tu n’attends pas forcément qui sont finalement présents en haut du classement. Il y a aussi des athlètes dans lesquels le public fonde beaucoup d’espoirs qui ne sont finalement pas à la hauteur. Maintenant, je sais comment faire sur cet événement. J’ai fini troisième l’année dernière et je n’étais pas si loin de Ganna. Je me sens mieux que l’année dernière à Imola. Donc je me crois capable de me battre pour le titre.»

Ton opinion

0 commentaires