Attentat à Marrakech: Deux Suisses parmi les blessés
Actualisé

Attentat à MarrakechDeux Suisses parmi les blessés

L'attentat meurtrier de jeudi à Marrakech est «un acte terroriste», selon les autorités marocaines. 16 personnes sont mortes. Il y aurait deux Suisses parmi les blessés.

Selon une source hospitalière cité par l'AFP, parmi la vingtaine de blessés annoncée dans la journée, figureraient deux ressortissants suisses. Le DFAE avait indiqué auparavant n'avoir pas connaissance de victime suisse. Le dernier bilan de l'explosion d'un café d'une place touristique à Marrakech fait état de 16 morts, dont six Français.

Un attentat «terroriste» a tué au moins quinze personnes jeudi à Marrakech, la grande ville touristique du Maroc et le roi Mohammad VI a exigé une enquête rapide. Parmi les morts figurent six Français, selon des sources hospitalières.

Selon des sources officielles marocaines, un kamikaze s'est fait exploser dans un café très fréquenté de la célèbre place Jamâa El- Fna, à Marrakech, à 350 km au sud de Rabat. Marrakech, ancienne ville impériale située au pied des montagnes de l'Atlas, est le plus important centre touristique du Maroc, particulièrement prisé des visiteurs étrangers.

Cette attaque a fait quinze tués dont six Français et trois Marocains et une vingtaine de blessés. Une source hospitalière a mentionné parmi les blessés sept Français, deux Suisses, deux Néerlandais, deux Russes et deux Tunisiens. Concernant les Suisses, le Département fédéral des affaires étrangères n'était pas en mesure jeudi soir de confirmer l'information.

Rabat et Paris ont dénoncé un acte terroriste. Le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est entretenu au téléphone avec le roi du Maroc Mohammed VI, a condamné cet «attentat terroriste», un «acte odieux, cruel et lâche». Paris a reconnu qu'il y avait des Français parmi les victimes, sans préciser s'il s'agissait de tués ou de blessés.

Le ministre marocain de la communication Khalid Naciri, à stigmatisé «un acte terroriste». «Le Maroc est confronté aux mêmes menaces qu'en mai 2003 et il y fera face avec la diligence et volontarisme», a-t-il ajouté.

Perpétré par un «kamikaze»

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière dans cette monarchie d'Afrique du Nord depuis des attentats menés par des extrémistes islamistes à Casablanca en 2003, qui avaient tué 33 personnes et 12 kamikazes.

Le Maroc, un pays de 32 millions d'habitants dont l'économie est en notamment liée au tourisme, a été relativement épargné par les révoltes qui secouent le monde arabe depuis le début de l'année. Toutefois, des manifestations en faveur de changements démocratiques ont eu lieu dans le pays en février, et le roi a promis d'importantes réformes démocratiques.

Le souverain, qui a succédé à son père en juillet 1999, a prestement réagi et exigé que la police et la justice tiennent le public informé des conclusions de leur enquête.

Un responsable de la préfecture de Marrakech a estimé qu'»il pourrait s'agir d'un acte perpétré par un kamikaze». «Nous avons trouvé des clous dans l'un des corps», a-t-il indiqué, suggérant que la bombe était composée d'explosif et de morceaux d'acier.

Très fréquenté par les étrangers

L'attentat a visé le café-restaurant Argana, un lieu très fréquenté par les visiteurs étrangers à Marrakech. L'explosion s'est «produite sur la terrasse du café», a assuré Latifa Idrissi, la femme d'un serveur - Yassine Bouzidi, 28 ans -, tué dans l'attentat.

Selon un autre client du café, indemne, «un individu est rentré au café. Il a commandé un jus d'orange et quelques minutes plus tard, il s'est fait exploser». La façade du café et le premier étage ont été soufflés, et les tables et les chaises de la terrasse ont été dispersées.

Cette explosion intervient huit ans après les attentats islamistes du 16 mai 2003 à Casablanca. En 2007, un tentative avait été déjouée, toujours à Casablanca, et l'un des trois kamikazes avait été tué.

A la mi-avril, le roi Mohammed VI avait gracié de nombreux détenus politiques, dont des islamistes, dans un geste d'apaisement à l'égard des contestataires qui exigent des changements politiques profonds.

Témoignage d'un commerçant:

(ats/afp)

Le roi ordonne une enquête rapide et transparente

Le roi Mohammed VI du Maroc a ordonné une enquête rapide et transparente sur l'attentat qui a fait 14 tués jeudi à Marrakech (sud) et a exigé que le public soit informé de ses conclusions, a annoncé un communiqué du cabinet royal.

Le souverain a «ordonné aux ministres de l'Intérieur et de la Justice d'informer l'opinion publique des conclusions des investigations, avec toute la célérité et la transparence requises», selon le communiqué.

Il leur a demandé de le faire «en veillant à dévoiler la vérité, et en s'astreignant à la primauté de la loi et à la préservation de la quiétude et de la sécurité des personnes et des biens, sous l'autorité de la justice».

L'attentat, attribué à un kamikaze par un officiel marocain, a fait au moins 14 tués dont onze étrangers, dans un café de la place Jamâa El-Fna, haut lieu du tourisme au Maroc.

Ton opinion