Afghanistan: Deux tonnes et demie de marijuana découvertes dans une école abandonnée
Actualisé

AfghanistanDeux tonnes et demie de marijuana découvertes dans une école abandonnée

Des soldats afghans et étrangers ont découvert et détruit deux tonnes et demie de marijuana dans une école abandonnée du sud de l'Afghanistan.

Des troupes de la coalition internationale ont tué quatre insurgés dans le cadre d'une opération visant un militant taliban, selon des sources militaires.

La drogue, qui était entreposée en tas, a été trouvée dans plusieurs salles d'un établissement scolaire du secteur d'Arghistan dans la province de Kandahar, ont annoncé dimanche les forces américaines dans un communiqué.

«Le mobilier avait été enlevé des salles de classe et laissé dans la cour», précise le communiqué en soulignant que l'état des meubles indique que l'école pourrait ne pas avoir été utilisée dans son véritable but «pendant une période prolongée».

L'utilisation d'une école comme entrepôt de drogue est «une attaque à l'avenir de tout l'Afghanistan», a estimé le colonel Jerry O'Hara, un porte-parole de l'armée américaine.

L'Afghanistan est le plus grand producteur au monde d'opium et plusieurs pays occidentaux tentent d'aider les autorités de Kaboul à éradiquer les champs de pavot. Mais un nombre croissant d'agriculteurs se sont tournés vers la marijuana, qui suscite moins l'attention des autorités.

Par ailleurs, dans la province de Zabul, les forces de la coalition ont tué quatre militants armés et arrêté cinq suspects au cours d'une opération qui visait samedi un activiste taliban «connu pour se livrer à un trafic d'armes et coordonner des attentats» au moyen de bombes placées en bordure de routes, selon la coalition.

Dans la journée, l'amiral Mike Mullen, qui dirige l'état-major américain interarmes, a annoncé lors d'une visite à Kaboul que les Etats-Unis allaient envoyer entre 20'000 et 30'000 soldats supplémentaires en Afghanistan d'ici l'été. Les militaires seraient déployés principalement dans le sud du pays, où sont retranchés des insurgés. (ap)

Ton opinion