Actualisé 24.11.2008 à 18:57

Votations nationales

Deux visions de la politique de la drogue s'affrontent

La consommation de cannabis pourrait être dépénalisée en Suisse. Le verdict du peuple sera connu dimanche.

de
Jean-Bernard Mani

On saura dimanche si, en Suisse, on pourra fumer un joint de cannabis sans craindre des poursuites. Ce sera le cas si l'initiative populaire ayant pour but de légaliser la culture, la possession et la consommation de cannabis est acceptée. En Suisse, 600 000 personnes consomment régulièrement ou occasionnellement du cannabis, et sont donc en infraction avec la loi actuelle.

Le camp des «contre» craint que, en cas d'acceptation de l'initiative, la Suisse ne devienne un îlot de tolérance au milieu de l'Europe et que cela ne déclenche un tourisme du cannabis depuis les régions frontalières. La politique de la Suisse dans ce domaine irait ainsi à l'encontre de celle pratiquée par les pays qui nous entourent en banalisant l'usage du cannabis, alors même qu'une consommation régulière provoque des atteintes à la santé, peut rendre dépendant et doit donc rester interdite, ajoutent les opposants.

Si le oui l'emporte, les votants acceptent de remplacer la politique d'interdiction actuelle par une politique axée sur le contrôle des substances et du marché. Les jeunes sont particulièrement visés puisque des mesures particulières doivent être prises à leur encontre. La libéralisation éviterait le marché noir, selon les partisans.

Partisans et opposants affûtent leurs arguments

Pour: Christian Nils-Robert, professeur à l’Université de Genève:

«L’initiative propose une dépénalisation de la consommation du cannabis, et en l’acceptant on rend possible une politique de réduction des risques, en permettant un contrôle de sa consommation.»

Contre: Yvan Perrin, conseiller national UDC, Neuchâtel:

«Tous les toxicomanes ont tiré sur un joint un jour. Dire oui à l’initiative, c’est ouvrir la porte aux excès, même si tous ne la franchiront pas. De plus, celui qui est habitué à son herbe ne se contentera pas de celle autorisée, et le trafic continuera.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!