Berne: Deuxième pillier «bouffé» par les retraités
Actualisé

BerneDeuxième pillier «bouffé» par les retraités

Dans le canton de Schwytz, un cinquième des retraités qui perçoivent des prestations complémentaires, ont retiré leur capital du deuxième pilier. La problématique est discutée à Berne.

par
ofu
Une enquête menée par son département montre qu'en 2012 22,6% des retraités Schwytzois, qui perçoivent des PC, avaient retirés de l'argent de leur 2ème pilier.

Une enquête menée par son département montre qu'en 2012 22,6% des retraités Schwytzois, qui perçoivent des PC, avaient retirés de l'argent de leur 2ème pilier.

Un nombre croissant de séniors bénéficient de prestations complémentaires (PC) à l'AVS. Depuis dix ans, les dépenses ont augmenté d'un milliard de francs pour atteindre 2,5 milliards. Pour Andreas Dummermuth, directeur de la caisse de compensation du canton de Schwytz, les versements en espèces du 2ème pilier expliquent en grande partie ce phénomène. Une enquête menée par son département montre qu'en 2012, 22,6% des retraités Schwytzois, qui perçoivent des PC, avaient retiré de l'argent de leur 2ème pilier. En septembre de cette année, ils était déjà 23,4% à avoir fait de même. Le montant du versement du capital s'élevait alors en moyenne à 93'000 francs, écrit la «SonntagsZeitung».

40% de la retraite retirés

«Le canton de Schwytz n'est pas un cas isolé», souligne Andreas Dummermuth qui observe avec «inquiétude» cette évolution. En septembre, une étude de Swisscanto avait révélé que 37% des nouveaux retraités ont retiré du capital de leur 2ème pilier. L'entreprise des 24 banques cantonales, active dans le domaine des placements et de la prévoyance, a par ailleurs démontré que ces personnes avaient touché en moyenne 40% de leur retraite.

Pas d'évaluations précises

Cette problématique préoccupe également les autorités fédérales. En 2012, la conseillère nationale Ruth Humbel (PDC/AG) avait demandé que les indemnités en capital provenant de la prévoyance soient réduites. Le National avait soutenu cette motion en septembre. Reste que des évaluation précises de l'Office fédéral des assurances sociales à ce sujet font encore défaut. Contacté, Christoph Ryter, président de l'Association suisse des institutions de prévoyance, ne souhaite pas s'exprimer à cause du manque de «chiffres exacts». Selon lui, les données du canton de Schwytz ne sont pas représentatives.

Ton opinion