USA - Endeavour: Deuxième tentative de lancement
Actualisé

USA - EndeavourDeuxième tentative de lancement

La Nasa a donné le feu vert dimanche au remplissage du réservoir externe de la navette Endeavour en vue d'une deuxième tentative de lancement lundi avant le lever du soleil vers la Station spatiale internationale (ISS) avec six astronautes à bord.

Les opérations de remplissage avec près de deux millions de litres d'hydrogène et d'oxygène liquide à très basse température ont débuté à 23H50 GMT (18H50 locales), comme prévu, a précisé George Diller, un porte parole de l'Agence spatiale américaine.

Le lancement est prévu lundi à 9H14 GMT (04H14 locales) du pas de tir 39A du Centre Spatial Kennedy, près de Cap Canaveral (Floride, sud-est).

La Nasa avait décidé de reporter le décollage d'Endeavour au dernier moment dimanche avant l'aube en raison d'un plafond nuageux trop bas au dessus du Centre spatial Kennedy.

Les prévisions météorologiques font état de 60% de chances de conditions favorables pour le lancement lundi qui marquera le dernier pour une navette effectué de nuit.

Les trois orbiteurs restants dans la flotte seront retirés du service à la fin de l'année après les cinq vols encore programmés vers l'ISS dont celui de lundi.

Le principal objectif de cette mission de 13 jours, la première en 2010, est l'acheminement et l'installation du dernier élément clé de l'ISS.

Il s'agit du module Tranquility, aussi appelé Node 3, ainsi que du dôme d'observation Cupola, fabriqués pour la Nasa par le groupe européen Thales Alenia Space, à Turin (Italie).

Une fois ces modules installés, l'avant-poste orbital sera achevé à 90%, a précisé la Nasa.

Le remplissage du réservoir externe, qui prend environ trois heures, marque le début de la dernière ligne droite des préparatifs pour le lancement.

Le comburant qu'il contient alimente les trois moteurs cryogéniques de la navette qui permettent de la propulser en orbite terrestre à 225 km d'altitude en huit minutes et demie.

Mais les deux fusées à poudre d'appoint fournissent plus de 80% de la poussée pendant les deux premières minutes d'ascension avant de se détacher pour retomber dans l'océan Atlantique où elles sont récupérées et réutilisées.

(afp)

Ton opinion