Genève: Devant les fillettes, il ne maîtrisait plus ses pulsions
Actualisé

GenèveDevant les fillettes, il ne maîtrisait plus ses pulsions

Entre 1999 et 2011, un pédophile s'est masturbé en présence d'une vingtaine de filles de 5 à 13 ans. Il a juré regretter ses actes lors de son procès mercredi.

par
Henri Della Casa

Toujours le même mode opératoire, éprouvé durant douze ans: aborder des fillettes en train de jouer, leur demander où il pouvait «faire pipi» puis caresser son pénis devant elles, jusqu'à l'éjaculation. «Il n'y avait pas de méchanceté de ma part, a avancé mercredi l'accusé, âgé de 39 ans. Si l'enfant ne voulait pas, je ne le forçais pas.»

Parfois quand même, cet homme, qui a indiqué au tribunal boire «beaucoup trop» à l'époque, parvenait à se faire masturber. Au moins 25 petites filles ont ainsi été agressées, certaines gardant des séquelles encore aujourd'hui, selon leurs parents. «Cet épisode leur sert de référence du mal», a imagé le papa d'une victime.

Après son arrestation en janvier 2011, ce bougre, marié et père de famille, a toutefois tout admis. Presque tout, puisqu'il lui a fallu attendre l'audience d'hier pour avouer le pire. «Oui, une fois, j'ai demandé à une fille de mettre mon zizi dans sa bouche». La petite a dû s'exécuter.

Tracts placardés

Pour le procureur, celui qui est accusé d'actes d'ordre sexuel avec des enfants a abusé de «l'âge tendre» de ses proies. «L'affaire a duré plus de dix ans, a lancé Marco Rossier. Sans son interpellation, il aurait sans doute continué». Le représentant du parquet a requis une peine de 3 ans et demi de prison.

«Cet homme a un problème médical, il faut une réponse médicale», a rétorqué son avocate. Me Yaël Hayat n'a d'ailleurs pas manqué de rappeler que son client a déjà subi une forme de sanction. Ou plutôt de vindicte. A sa libération en effet, des tracts donnant son adresse et dénonçant la présence d'un «pédophile en série» avaient été distribués dans sa commune de résidence. Une «traque», selon Me Hayat, qui avait forcé l'accusé à fuir.

Le jugement sera rendu jeudi.

Ton opinion