«Devenu fou», il fonce avec sa voiture dans un restaurant de Servion
Actualisé

«Devenu fou», il fonce avec sa voiture dans un restaurant de Servion

Le procès d'un homme de 49 ans s'est ouvert lundi à Vevey (VD). En mai 2004, fortement alcoolisé et en colère contre le patron, il a délibérément foncé dans un restaurant de Servion (VD).

Sa voiture est arrivée jusqu'au bar, sans faire de blessé par miracle. Plusieurs clients étaient dans l'établissement lors de l'accident, qui n'a causé que des dégâts et des blessures légères. Le chauffard est principalement accusé de mise en danger de la vie d'autrui et de conduite en état d'ivresse.

Client indésirable

A l'époque de l'accident, l'homme était alcoolique. Se rendant fréquemment dans l'établissement pour y boire avec des amis, trop souvent jusqu'à l'excès, il y était devenu indésirable.

Le gérant du restaurant, qui n'entendait pas en faire un bar ou une «boîte de nuit», avait à plusieurs reprises demandé à l'accusé de ne plus fréquenter les lieux.

Ne comprenant pas pourquoi il se faisait traiter d'une manière qu'il considérait comme injuste, l'homme aurait insulté à plusieurs reprises le patron de l'établissement, le traitant notamment de «sale étranger». Il a nié devant le tribunal d'arrondissement avoir proféré de telles insultes.

Accès de colère

Le soir de l'accident, après s'être fait mettre à la porte du restaurant, l'homme a pris son véhicule. Il a foncé contre l'immeuble, arraché la porte d'entrée et traversé le hall, avant de s'immobiliser contre le bar.

Par miracle, personne n'a été sérieusement blessé. Les clients assis au bar ont pu s'écarter à temps et personne n'est sorti des toilettes, qui se trouvaient juste à la droite de l'entrée.

Geste fou

A l'audience, l'homme a admis avoir voulu, «dans un accès de colère», «bousiller» le restaurant. Il considérait à l'époque comme «arbitraire» de se voir refuser l'entrée de l'établissement.

Evoquant un geste «fou», il a promis n'avoir jamais voulu faire du mal à quiconque et a présenté des excuses apparemment sincères. Le jugement tombera ultérieurement. (ats)

Ton opinion