Catalogne: «Dialogue, respect et sport» au Camp Nou
Actualisé

Catalogne«Dialogue, respect et sport» au Camp Nou

Sous des trombes d'eau, le FC Barcelone a appelé au dialogue lors de son premier match ouvert au public depuis le début de la crise catalane.

«Dialogue, respect et sport» étaient inscrits en catalan sur la banderole. (Mercredi 18 octobre 2017)

«Dialogue, respect et sport» étaient inscrits en catalan sur la banderole. (Mercredi 18 octobre 2017)

AFP

Le Camp Nou, très peu rempli pour cause de fortes pluies, a déployé une banderole appelant au dialogue dans la crise politique en Catalogne et scandé des slogans indépendantistes, mercredi lors du match de Ligue des champions entre le FC Barcelone et l'Olympiakos.

Sous des trombes d'eau, qui ont découragé les supporters de venir garnir les gradins à ciel ouvert du stade (99.000 places), cette vaste bâche prévue par le club comportait trois mots, «Diàleg, respecte i esport» («Dialogue, respect et sport», en catalan).

Slogans pour l'indépendance

Les supporters ultras de la tribune dite d'«animation» ont également déployé une banderole avec la mention «Freedom for Catalonia» («Liberté pour la Catalogne»).

Puigdemont laisse Barcelone sur sa faim

Mardi soir, le président séparatiste de Catalogne Carles Puigdemont a déclaré, puis signé une «déclaration d'indépendance», mais il l'a suspendue en vue d'un hypothétique dialogue.

A la 17e minute et 14 secondes de jeu, comme à chaque match à domicile, les supporters ont scandé des slogans favorables à l'indépendance catalane, avant d'être interrompus par les vivats de l'ouverture du score barcelonaise. Ces slogans, déjà en vigueur avant la crise actuelle, font allusion à l'année 1714, date de la prise de Barcelone par les troupes du roi d'Espagne Philippe V.

Le stade, dont environ un tiers des places étaient occupées, a par ailleurs sifflé l'hymne de la Ligue des champions pour protester contre l'UEFA, opposée aux messages politiques dans les stades et à l'origine de sanctions contre le club pour le déploiement de drapeaux indépendantistes en tribune.

Invitations déclinées

Après la mise en détention de deux importants dirigeants d'associations indépendantistes inculpés de sédition, le Barça avait décidé d'un geste fort en faveur de ces associations, l'Assemblée nationale catalane (ANC) et Omnium Cultural, en invitant plusieurs de leurs représentants au match. Mais ces derniers ont décliné.

«Nous pensons que le message du FC Barcelone ne représente pas le sentiment de la majorité de ses supporters. C'est pourquoi nous refusons l'invitation en tribune d'honneur», a écrit l'ANC sur son compte Twitter.

L'ANC a d'ailleurs précisé que le club avait refusé de laisser entrer dans le stade une banderole de soutien aux deux dirigeants, Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, où figuraient les portraits des deux hommes et la mention en anglais «Freedom» (Liberté).

Cette rencontre contre l'Olympiakos était le premier match à domicile du Barça ouvert aux supporters catalans depuis le référendum d'autodétermination du 1er octobre. Les violences policières qui ont émaillé cette consultation interdite avaient conduit le club catalan à jouer à huis clos son match de Liga contre Las Palmas ce jour-là (3-0). (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion