Zimbabwe: «Diamants disparus»: Mugabe encore convoqué

Actualisé

Zimbabwe«Diamants disparus»: Mugabe encore convoqué

Agé de 94 ans, l'ex-président zimbabwéen doit encore s'expliquer devant la justice de la disparition de diamants valant des milliards de dollars.

1 / 41
Robert Mugabe, qui a dirigé le pays d'une main de fer pendant 37 ans, est convoqué par le parlement pour s'expliquer sur la disparition de diamants d'une valeur de 15 milliards de dollars. (20 avril 2018)

Robert Mugabe, qui a dirigé le pays d'une main de fer pendant 37 ans, est convoqué par le parlement pour s'expliquer sur la disparition de diamants d'une valeur de 15 milliards de dollars. (20 avril 2018)

AFP
Le président zimbabwéen déchu Robert Mugabe est sorti du silence. Il déplore un «coup d'Etat» contre lui. (Jeudi 15 mars 2018)

Le président zimbabwéen déchu Robert Mugabe est sorti du silence. Il déplore un «coup d'Etat» contre lui. (Jeudi 15 mars 2018)

AFP
Le président Mnangagwa a nommé deux hauts responsables militaires dans son gouvernement. (Jeudi 30 novembre 2017)

Le président Mnangagwa a nommé deux hauts responsables militaires dans son gouvernement. (Jeudi 30 novembre 2017)

AFP

Une commission du parlement zimbabwéen a de nouveau convoqué lundi l'ancien président zimbabwéen Robert Mugabe à se prononcer mercredi sur la «disparition» de milliards de dollars de revenus tirés de la vente de diamants.

Selon une note du Parlement, M. Mugabe a été convoqué le 23 mai mais M. Mugabe n'a pas fait savoir s'il comptait répondre à la citation de la commission parlementaire des Mines et de l'Energie.

M. Mugabe, 94 ans, dont la santé est fragile, avait déjà été convoqué en avril mais l'audition avait été annulée.

La commission a déjà interrogé plusieurs anciens ministres et responsables des forces de l'ordre sur leurs activités dans la mine de Marange (est).

Dans un rapport publié l'année dernière, l'ONG Global Witness avait accusé les dirigeants du Zimbabwe d'avoir détourné pendant des années les profits tirés de l'exploitation du diamant pour financer la répression de leurs adversaires politiques.

Le Zimbabwe n'a jamais publié de statistiques jugées crédibles de ses activités diamantifères, qui ont débuté en 2006.

Après trente-sept ans d'un pouvoir sans partage à la tête du Zimbabwe, Robert Mugabe a quitté le pouvoir le 21 novembre 2017, victime d'un coup de force de l'armée et de son parti au pouvoir, la Zanu-PF. Il a été remplacé quelques jours plus tard par Emmerson Mnangagwa, son ancien vice-président. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion