Hockey sur glace: Diaz: «Un bon mix entre néophytes et anciens»
Actualisé

Hockey sur glaceDiaz: «Un bon mix entre néophytes et anciens»

L'équipe de Suisse s'est entraînée jeudi pour la première fois à Paris. Le capitaine, Raphael Diaz, est impatient d'entrer dans le vif des Mondiaux, samedi face à la Slovénie (12 h 15).

par
Cyrill Pasche
Paris
Le défenseur joue en LNA, comme 21 de ses coéquipiers. key

Le défenseur joue en LNA, comme 21 de ses coéquipiers. key

Keystone/Peter Schneider

Une session sur la glace, jeudi en fin de matinée, une soirée au restaurant en équipe la veille. Les Suisses sont prêts. Ils sont même impatients d'en découdre à Paris, à l'image du capitaine, Raphael Diaz. Le défenseur de Zoug, finaliste des derniers play-off, est confiant avant le premier match, samedi.

«Nous avons un bon mélange entre jeunes et anciens, explique-t-il. Huit joueurs disputeront leurs premiers Mondiaux. Mais nous avons aussi Andres Ambühl qui en a ­quatorze au compteur, ou encore Philippe Furrer, Denis Hollenstein et moi-même, qui avons déjà vécu quatre, cinq ou six Championnats du monde. N'oublions pas une chose: c'est en équipe que nous sommes les plus forts!»

La sélection de Patrick Fischer – qui n'a pas retenu le routinier Kevin Romy (Genève-­Servette) – génère moins d'attentes que ces dernières années. L'absence de plusieurs joueurs de NHL, tels que Roman Josi (Nashville), Nino Niederreiter (Minnesota), Sven Andrighetto (Colorado), Sven Bärtschi (Vancouver) ou encore Mark Streit (Pittsburgh), a permis à plusieurs néophytes de forcer les portes du groupe à croix blanche. Parmi les 25 Suisses présents à Paris, 22 évoluent en LNA. A l'image de Romain Loeffel (Genève) et Joël Genazzi (LHC), nombreux sont ceux qui auront l'occasion de briller.

Patrick Fischer, Sélectionneur national

«Tout est possible avec une bonne ​​dynamique»

«Nous attendons tous ce ­moment depuis longtemps. Tant les joueurs que le staff. Cela fait une année, à Moscou, que nous avons disputé le dernier match qui comptait vraiment. Nous sommes excités à l'idée d'entrer dans la compétition. La phase de préparation nous a permis de prendre confiance, mais tout cela ne compte plus aujourd'hui. Nous devons être prêts le jour J, samedi à 12 h 15. La première rencontre face à la Slovénie n'est pas capitale. Il y a sept matches de groupes et, au bout du compte, nous voulons nous qualifier pour les quarts. Un bon début de tournoi serait idéal pour la suite de la compétition, bien sûr. L'absence de joueurs de NHL ne me pose pas de problème. J'ai confiance dans le groupe que j'ai choisi. Dans un tournoi, avec une bonne dynamique, tout est possible. Il faut partir avec cet état d'esprit.»

Ton opinion