Dick Cheney appelle les Irakiens à assumer leurs responsabilités
Actualisé

Dick Cheney appelle les Irakiens à assumer leurs responsabilités

Le vice-président américain Dick Cheney a achevé jeudi une visite surprise de deux jours en Irak.

Il a averti ses dirigeants qu'ils étaient les seuls capables à terme de rétablir la paix dans ce pays déchiré par les violences.

«Le succès dépend des dirigeants irakiens eux-mêmes», a déclaré M. Cheney à environ 2000 soldats américains réunis à Camp Speicher, immense base située près de Tikrit, l'ancien bastion de Saddam Hussein, au nord de Bagdad. «La solution ultime dans ce pays sera une solution politique».

«Mais cela nécessite un niveau élémentaire de sécurité, notamment à Bagdad, où les Américains travaillent aux côtés des forces irakiennes pour mettre en oeuvre une nouvelle stratégie», a- t-il ajouté. Le vice-président, arrivé mercredi à Bagdad, y a rencontré notamment le premier ministre Nouri al-Maliki et le président Jalal Talabani.

Un nouveau plan de sécurité a été lancé à la mi-février dans la capitale. Près de 85 000 hommes, Américains et Irakiens, y sont déployés pour lutter contre les violences qui ont fait plus de 16 000 morts en 2006 selon l'ONU.

«Confiance»

«Je m'en vais avec (...) une plus grande confiance dans l'avenir», a déclaré M. Cheney aux troupes américaines qui lui ont réservé un accueil chaleureux. La veille, comme on lui demandait si la sécurité était meilleure en Irak depuis sa dernière visite en décembre 2005, Dick Cheney avait répondu que les responsables irakiens «croient que la situation s'est améliorée».

Pour autant, le vice-président n'a pas obtenu de réponse à sa demande d'annuler les vacances estivales, pour deux mois, des députés irakiens, qui irritent fortement Washington, alors que des projets de lois cruciaux sur le pétrole ou la réconciliation doivent être adoptés.

Raid à Sadr City

Parallèlement, l'armée américaine a annoncé avoir mené jeudi un raid à Bagdad contre des cellules soupçonnées de faciliter l'acheminement de l'Iran vers l'Irak de composants destinés à la fabrication de bombes. Trois activistes ont été tués dans une frappe aérienne durant cette opération.

Il s'agit du troisième raid mené par les forces américaines dans le quartier de Sadr City, bastion des miliciens fidèles à l'imam radical chiite Moktada Sadr, visant des activistes soupçonnés de faire entrer en Irak de puissantes bombes, censées pouvoir détruire les blindages de véhicules militaires.

(ats)

Ton opinion