Actualisé 25.01.2013 à 18:27

GenèveDidier Bonny sera député, malgré la controverse

Une majorité des élus du Grand Conseil a jugé que la fonction de directeur d'école primaire du postulant n'était pas incompatible avec le mandat politique brigué.

de
Jérôme Faas
Didier Bonny, hors parti, est désormais député. Il remplace le PDC Guillaume Barazzone, démissionnaire.

Didier Bonny, hors parti, est désormais député. Il remplace le PDC Guillaume Barazzone, démissionnaire.

Didier Bonny est autorisé à remplacer Guillaume Barazzone (PDC), démissionnaire, dans les travées du Grand Conseil. Mercredi soir, la commission des droits politiques avait préavisé positivement la candidature de l'homme élu sous bannière démocrate-chrétienne mais aujourd'hui hors parti. Vendredi soir, le parlement, bien que divisé sur la question, a suivi cet avis par 50 oui, 31 non et 9 abstentions. Les votes négatifs de l'UDC, du PDC et du groupe radical n'ont donc pas suffi à barrer la route du directeur d'école primaire.

«Bras armé» du conseiller d'Etat

Pour les uns, la fonction du vient-ensuite s'assimilait clairement à un statut de cadre supérieur de l'Etat, auxquels la loi interdit de siéger. «Si certains la trouvent injuste, qu'ils la fassent modifier», a ainsi plaidé Eric Leyvraz (UDC). Le radical Jean Romain, lui, a mis en avant «la séparation des pouvoirs qui est à la base de la démocratie» pour s'opposer à la nomination d'un directeur d'école, «bras armé pour exécuter les ordres du chef du département».

Et les policiers, alors?

Un argument contesté par la Verte Catherine Baud, estimant que «tous les fonctionnaires exécutent les ordres du Conseil d'Etat». Et d'ajouter qu'au surplus les directeurs ne disposent «pas de la même autorité que les policiers qui siègent dans cette salle».

Le MCG dénonce «l'hypocrisie» des opposants

Elle a enfin relevé, comme Mauro Poggia (MCG), que Didier Bonny avait déjà été député en 2008, alors qu'il exerçait les mêmes fonctions professionnelles qu'aujourd'hui. «Comme la loi n'a pas changé, il n'existe aucune raison de changer notre décision.» L'avocat MCG, lui, a qualifié d'hypocrites les réserves des tenants du non. «Parce qu'aujourd'hui, Didier Bonny n'est plus PDC, il serait devenu un cadre supérieur? Il faut rechercher l'esprit de la loi. Il n'y a pas à faire de jurisprudence Bonny.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!