Conseil fédéral: Didier Burkhalter à l'Intérieur
Actualisé

Conseil fédéralDidier Burkhalter à l'Intérieur

Le DFI reste en mains radicales et romandes: Didier Burkhalter succédera à Pascal Couchepin à la tête du Département fédéral de l'intérieur (DFI).

Le Conseil fédéral a procédé vendredi à la répartition des dicastères, deux jours après l'élection du Neuchâtelois par le Parlement.

Aucun des ministres en poste, qui ont émis leurs voeux par ordre d'ancienneté, n'a souhaité reprendre le DFI. Le socialiste Moritz Leuenberger, doyen de fonction du collège, garde le Département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication et sa camarade Micheline Calmy-Rey les affaires étrangères (DFAE).

La démocrate-chrétienne Doris Leuthard conserve les rênes de l'économie et le radical Hans-Rudolf Merz celles des finances. Les deux derniers venus gardent aussi leur porte-feuille: Eveline Widmer- Schlumpf (PBD) au département de justice et police, Ueli Maurer (UDC) à la défense.

Le Valaisan Pascal Couchepin quittera officiellement la Berne fédérale samedi 31 octobre. La transmission des dossiers à son successeur a toutefois déjà commencé et se poursuivra jusqu'à cette date, a précisé le porte-parole du Conseil fédéral, André Simonazzi, devant les médias. Didier Burkhalter a également déjà eu des contacts avec des représentants du DFI.

Plus de rocade depuis six ans

La dernière rocade remonte à début 2003 lorsque Pascal Couchepin, jusque là ministre de l'économie, avait repris le DFI après le départ de la socialiste Ruth Dreifuss. Micheline Calmy-Rey avait hérité du DFAE, qu'avait laissé le PDC Joseph Deiss pour reprendre l'économie.

La présence d'un radical à la tête du DFI est un phénomène peu commun depuis 1960. En cinquante ans, ce dicastère a été dominé par des socialistes (23 ans) et des démocrates-chrétiens (20 ans). Aucun UDC ne l'a dirigé depuis l'instauration de la formule magique.

Le département constitue en outre un fief romand. Le dernier Alémanique à l'avoir dirigé était Alphons Egli, qui a démissionné en 1986.

Réforme du gouvernement

Parallèlement à la répartition des porte-feuilles, le Conseil fédéral a mené «une discussion informelle» sur la réforme des institutions avec le nouvel élu. Il en est ressorti que l'exécutif veut relancer d'ici mars la question de la réorganisation des départements, en plus de celle du fonctionnement du collège et de la présidence de la Confédération, a indiqué André Simonazzi.

Ce thème est particulièrement cher à Didier Burkhalter, auteur d'une motion sur le sujet adoptée jeudi par le National. Le Parlement plaide depuis des années pour des changements, notamment pour la création d'un département regroupant la formation professionnelle, pour l'heure dans le giron du DFE, avec la recherche et les hautes écoles, de la compétence du DFI.

(ats)

Ton opinion