Les hésitations d'un candidat: Didier Burkhalter a retenu la publication d'un article
Actualisé

Les hésitations d'un candidatDidier Burkhalter a retenu la publication d'un article

Le Conseiller fédéral neuchâtelois est passé par tous les états d'âme avant d'officialiser son envie de succéder à Pascal Couchepin l'été dernier. A la veille de l'officialisation de sa candidature il a même demandé à L'Express de ne pas publier un article annonçant son renoncement.

par
tpi

C'est le nouvel hebdomadaire satirique Vigousse qui révèle l'information ce vendredi. On y apprend que Didier Burkhalter a bien failli retirer sa candidature à la succession de Pascal Couchepin. Détail cocasse, après s'être lancé dans la course au Conseil fédéral, le Neuchâtelois aurait contacté la rédaction de L'Express pour lui faire part de son désistement, avant de revenir une nouvelle fois sur sa décision, et demander au quotidien local de ne pas publier son article.

«Il y a eu un revirement de dernière minute», confirme François Nussbaum, correspondant de L'Express à Berne. C'est ce journaliste que Didier Burkhalter a contacté pour lui faire part de sa décision de ne plus se lancer dans la course au gouvernement, après qu'il a pourtant fait part de son envie de briguer un siège au Conseil fédéral.

Des précisions sur la chronologie

François Nussbaum explique que l'ancien conseiller aux Etats est passé par tous les états d'âme au début de l'été dernier, jusqu'au 8 juillet, date butoir qu'il s'était donné pour officialiser sa candidature. Et c'est à la veille de la parution de l'article que Didier Burkhlater a demandé et obtenu que le texte ne soit pas publié

Le journaliste tient toutefois à préciser la chronologie des événements. Les hésitations de Didier Burkhalter sont intervenues avant qu'il n'entre officiellement en campagne et non pas plus tard pendant l'été, comme le laisse entendre Vigousse.

L'Express était donc bel et bien en possession d'un entretien inédit de Didier Burkhalter revenant sur sa décision, mais «ça n'avait aucun sens de le publier, puisque ça ne correspondait déjà plus à ce qu'il avait choisi, explique François Nussbaum. Ça aurait pu être un petit coup médiatique après coup, mais il a toujours affirmé avoir hésité avant de se lancer.»

Ton opinion