Actualisé 08.09.2015 à 08:44

Crise migratoire

Didier Burkhalter appelle à «arrêter la guerre»

Le conseiller fédéral a rappelé que la Suisse s'est engagée à accueillir 3000 Syriens supplémentaires.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Seules des solutions politiques dans les pays des migrants permettront de calmer le flux d'arrivées en Europe, selon Didier Burkhalter. Le conseiller fédéral a appelé mardi à Paris à oeuvrer pour «arrêter la guerre» et à des mesures durables pour les plus vulnérables.

«Nous voulons participer à l'effort consistant à réagir pour protéger, pour résoudre et pour condamner», a déclaré le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) lors d'une conférence internationale sur la protection des victimes de violences ethniques et religieuses.

Au Liban et en Jordanie, l'action auprès des réfugiés syriens constitue «la plus grande opération humanitaire de l'histoire suisse», a-t-il souligné lors de cette réunion organisée par la France et la Jordanie. Il a rappelé les 215 millions de francs attribués à des projets depuis 2011.

Intégrer tous les acteurs

La Confédération se bat aussi «avec ténacité» pour améliorer concrètement l'accès et les conditions de travail des acteurs humanitaires en Syrie.

«C'est pour cela que nous menons depuis deux ans déjà un dialogue humanitaire trilatéral avec l'Iran et la Syrie. Tous les acteurs doivent être poussés à participer aux solutions», a-t-il souligné. Au même moment, le président iranien Hassan Rohani assurait à Téhéran que son pays est prêt à discuter avec tous les pays de la paix en Syrie.

Sur le front de l'accueil, Didier Burkhalter a réitéré la disponibilité de la Suisse dans le cadre du transfert de réfugiés depuis des pays d'Europe. Il a rappelé que la Confédération s'est engagée à accueillir 3000 Syriens supplémentaires. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!