Crise ukrainienne: Didier Burkhalter en appelle à la diplomatie
Actualisé

Crise ukrainienneDidier Burkhalter en appelle à la diplomatie

Les derniers développements en Crimée ne doivent pas marquer la fin de la diplomatie pour résoudre la crise, souligne Didier Burkhalter, qui assume la présidence suisse de l'OSCE.

«Le dialogue franc et honnête et les efforts déterminés pour tracer des ponts sont maintenant plus importants que jamais», affirme Didier Burkhalter, cité dans un communiqué de l'OSCE mardi soir. «La présidence suisse de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) poursuivra son rôle à cet égard, appelant tous les acteurs au dialogue», assure-t-il.

«Les décisions d'aujourd'hui de la Russie quant au statut de la Crimée représentent une infraction aux engagements fondamentaux de l'OSCE», ajoute le président de la Confédération. «Les pays de l'OSCE se sont engagés à fonder une communauté pour la sécurité où chaque membre a un droit égal à la sécurité et où aucun ne peut renforcer la sienne au détriment de celle des autres», explique-t-il.

Vladimir Poutine a signé mardi le traité de rattachement de la Crimée à la Fédération russe, faisant fi de l'opposition de l'Ukraine et des sanctions internationales. Dans un discours aux accents patriotiques, le président russe a qualifié la Crimée de partie intégrante de la Russie.

La présidence de l'OSCE oblige la Suisse à être «doublement impartiale» dans la crise en Ukraine, avait alors affirmé Didier Burkhalter. Et d'ajouter que Berne, soucieuse de son rôle de médiatrice, ne s'alignera pas automatiquement sur les sanctions décrétées par l'UE et les Etats-Unis. (ats)

Ton opinion