Actualisé 26.11.2014 à 21:27

Ski alpin

Didier Défago veut profiter de sa dernière tournée

En franchissant, samedi, le portillon de départ de la descente de Lake Louise, le Morginois s'élancera dans la saison finale de sa carrière sans sentimentalisme.

de
Marc Fragnière
Le champion olympique de descente 2010 donnera ses ultimes coups de carres cet hiver.

Le champion olympique de descente 2010 donnera ses ultimes coups de carres cet hiver.

«Je suis dans ma bulle. Je ne m'attarde pas sur le fait qu'il s'agit de mes dernières courses. Je profite de ces instants. Je pense que c'est plus tard, une fois que tu as arrêté, que tu es gagné par des sentiments particuliers. C'est vrai que ça m'a fait bizarre de regarder le géant de Sölden à la télévision. J'avais un peu les fourmis dans les jambes», éclaire Didier Défago.

Malgré une préparation perturbée par une météo capricieuse – «Il me manque un jour de tests en descente et un autre en super-G, mais je crois que tout le monde est à la même enseigne» –, «Dèf» a les crocs. Le Valaisan de 37 ans a hâte de pouvoir en découdre pour de bon: «Le premier entraînement, c'est l'occasion de se mettre dans le bain, d'être au contact avec les autres. Mais on attend surtout la 1re course pour pouvoir se situer, même si tout le monde sait que Lake Louise, c'est spécial.»

La piste canadienne possède en effet la réputation d'être un billard. De plus, la météo souvent changeante s'amuse parfois à brasser les cartes partialement, au grand dam des champions. «En dix minutes – l'équivalent de 4 dos-sards – on peut passer d'un ciel ensoleillé à des giboulées. Du coup, la course devient aléatoire. Il faut avoir de la chance», précise le Chablaisien, qui visera un top 15 dans l'Alberta. Cette saison, «le nouveau responsable des compétitions (ndlr: l'Italien Markus Waldner) a annoncé qu'il désirait augmenter le spectacle en rajoutant des mouvements de terrain», informe Défago, qui n'attend que d'en avoir la confirmation.

Twitter: @MarcFragniere

«Rendre un peu ce qu'on ma offert»

En avril 2015, Défago refermera, à 37 ans et demi, le livre de sa glorieuse carrière. Le champion olympique de descente 2010 n'a rien laissé au hasard en matière de reconversion professionnelle. Il rejoindra les rangs de Télémorgins et poursuivra en parallèle des collaborations avec son équipementier et son sponsor. «Morgins me soutient depuis d'innombrables années. Javais envie de pouvoir rendre un peu ce qu'on ma offert. J'ai beaucoup à apprendre et je me réjouis de toucher à l'économie régionale et nationale. Avec Rossignol et Ochsner, je garderai un pied dans le sport de compétition, comme je le souhaitais.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!