Audition au sénat français - Didier Pittet: «Ce virus ne va jamais disparaître»
Publié

Audition au sénat françaisDidier Pittet: «Ce virus ne va jamais disparaître»

L’épidémiologiste suisse, mandaté par la France pour évaluer la gestion de la pandémie, a été entendu par les sénateurs. Il livre son analyse sur les mois et les années qui nous attendent.

Le virus subsistera, mais il ne faut pas paniquer pour autant, selon le médecin genevois.

Le virus subsistera, mais il ne faut pas paniquer pour autant, selon le médecin genevois.

LMD

Le célèbre infectiologue genevois Didier Pittet a été auditionné mercredi par le Sénat français, quelques semaines après la publication d’un rapport sur la gestion de la pandémie en France. Ses analyses semblent d’ailleurs avoir influencé, ou en tout cas convaincu, les membres du Conseil fédéral, puisque ses propos trouvent un écho dans ceux d’Alain Berset lors de ses conférences de presse.

Variant vs vaccin: qui gagnera?

Didier Pittet dit notamment qu’une ou plusieurs nouvelles vagues devraient intervenir en raison de la propagation du variant Delta, comme l’a aussi estimé le Conseil fédéral. Leur ampleur dépendra entre autres de la couverture vaccinale dans la population. Et même si ce variant finit par être maîtrisé, rien n’indique que d’autres n’apparaîtront pas, bien au contraire.

«Les variants qu’on craint le plus vont naître dans les pays où il y a le plus de vaccinations parce que c’est une course entre le variant et le vaccin. Le virus sent plus de résistance, a de plus en plus de capacités à se dire: «Il faut que je change, sinon je meurs». C’est un instinct de survie, pas de l’intelligence. Les virus sont logistiquement bien faits pour s’adapter. Ce n’est pas une surprise et ça va continuer», a-t-il déclaré, comme le rapporte «Le Parisien».

«On ne peut pas tout arrêter»

Pour Didier Pittet, «on ne peut pas arrêter toute une société parce que des personnes refusent d’être soit testées, soit vaccinées». Là encore, les propos rappellent ceux d’Alain Berset. Le Conseil fédéral a en effet établi que la Suisse entrera dans la «phase de normalisation» dès que toutes les personnes qui le souhaitent auront pu recevoir leurs deux doses, et qu’à partir de ce moment là, les mesures sanitaires ne se justifieraient plus.

«Ce virus ne va jamais disparaître, il va apprendre et nous allons apprendre à vivre avec lui. On vit tous avec quatre grandes familles de coronavirus avec lesquels nous sommes infectés dans l’enfance. À l’âge de 20 ans, presque 100% d’entre nous avons acquis une protection contre ces coronavirus. Cela va prendre des années jusqu’à ce que 100% d’entre nous soyons aussi immunisés contre le Covid-19. Ensuite, on n’en parlera plus. La vaccination aide à accélérer ces étapes», conclut le scientifique.

(ywe)

Ton opinion

303 commentaires