Actualisé 19.03.2013 à 16:15

Vatican«Dieu pardonne toujours, Dieu comprend»

Le pape François, fidèle à sa simplicité, a demandé de penser aux plus humbles, durant sa messe inaugurale, mardi.

Le pape François a qualifié son rôle d'«humble et concret» et appelé à lutter contre les «signes de destruction» et pour «le respect de la créature et de l'environnement», mardi lors de la messe inaugurale de son pontificat. Le «vrai pouvoir» d'un pontife est «le service, il doit regarder vers le service humble, concret», a lancé le pape argentin lors de sa messe inaugurale sur la place Saint-Pierre, lors d'une homélie à la tonalité très franciscaine, devant plus de cent mille fidèles et des centaines de chefs d'Etat, de gouvernement et de ministres.

Le pape «doit ouvrir les bras»

Jorge Bergoglio a choisi le nom de François, à la mémoire du «Poverello» d'Assise, Saint François qui au XIIIe siècle avait voulu rebâtir l'Eglise, alors divisée comme aujourd'hui, et avait oeuvré pour la paix et le respect de la nature.

Le nouveau pape argentin, qui commentait un évangile évoquant le rôle de Joseph, époux de la Vierge Marie, en cette fête de la Saint-Joseph, patron de l'Eglise, a ajouté que le pape «doit ouvrir les bras pour (...) accueillir avec affection et tendresse toute l'humanité, spécialement les plus faibles, les plus pauvres, les plus petits».

«Nous ne devons pas avoir peur de la bonté, et même pas non plus de la tendresse!», s'est exclamé d'une voix forte le pape François sous les applaudissements de la foule.

«Tout est confié à la garde de l'homme»

Il a lancé aussi un appel aux responsables économiques, politiques et sociaux à «ne pas permettre que les signes de destruction et de mort accompagnent la marche de notre monde», en soulignant que chacun doit avoir «respect pour toute créature de Dieu et l'environnement».

«Tout est confié à la garde de l'homme. Quand l'homme manque à cette responsabilité, quand nous ne prenons pas soin de la création et des frères, alors la destruction trouve une place (...) A chaque époque, il y a des Hérode qui trament des desseins de mort, détruisent et défigurent le visage de l'homme et de la femme», a-t-il dit devant 132 délégations étrangères, en adressant cette prière «à tous ceux qui occupent des rôles de responsabilité dans le domaine économique, politique ou social».

«La vocation de garder ne concerne pas seulement nous les chrétiens, elle a une dimension qui est simplement humaine, elle concerne tout le monde», a-t-il dit, en insistant sur «le soin des enfants, des personnes âgées, de celles qui sont les plus fragiles et qui souvent dans la périphérie de notre coeur».

«Aujourd'hui il y a tant de traits de ciel gris! Garder la création, tout homme et toute femme (...) c'est ouvrir l'horizon de l'espérance, une trouée de lumière au milieu de tant de nuages», a poursuivi le 266e pape de l'Histoire.

Hommage à son prédécesseur

Le pape François a rendu hommage à son «vénéré prédécesseur» Benoît XVI, faisant allusion à «la coïncidence très riche de signification» de cette cérémonie célébrée le jour de la fête du pape émérite allemand, Joseph Ratzinger.

«Nous lui sommes proches par la prière, pleine d'affection et de reconnaissance», a-t-il dit, alors que Benoît XVI est retiré depuis le 28 février dans la résidence des papes de Castel Gandolfo.

«Priez pour moi»

Le pape argentin François s'est adressé mardi, de manière inattendue, aux fidèles réunis dans la cathédrale de Buenos Aires pour son intronisation au Vatican. Des tonnerres d'applaudissements ont salué ce message diffusé en direct dans la capitale argentine.

«N'ayez pas de haines, de disputes, abandonnez l'envie», a déclaré le pape, dont les propos étaient diffusés par des haut-parleurs jusque sur la place de Mai, près de la cathédrale, remplie elle aussi d'une foule qui a explosé de joie en entendant ces mots.

«Ne critiquez pas les autres, dialoguez», a dit le pape, qui a fait rire son auditoire en utilisant une tournure populaire argentine pour désigner le fait de dire du mal de quelqu'un derrière son dos.

«Que ce désir de se surveiller soi-même aille croissant dans votre coeur, et rapprochez-vous de Dieu. Dieu est bon, Dieu pardonne toujours, Dieu comprend, n'ayez pas peur», a déclaré le pape, qui était jusqu'à son élection mercredi dernier archevêque de Buenos Aires et primat d'Argentine.

«Et s'il vous plaît, n'oubliez pas l'évêque que je suis, qui est loin mais qui vous aime beaucoup. Priez pour moi», a encore déclaré le pape François. Dès les premiers instants de son pontificat, le nouveau pape avait déjà demandé aux fidèles de prier pour lui avant de leur donner sa bénédiction.

Burkhalter rencontre le pape

Le conseiller fédéral Didier Burkhalter a pu échanger quelques mots avec le pape François au terme de la messe inaugurale qui s'est déroulée mardi au Vatican. Le chef du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) a également rendu visite aux gardes suisses, ont précisé mardi ses services.

Au cours d'une brève discussion, Didier Burkhalter a pu présenter au pape «les bons voeux de la Suisse», a déclaré mardi à l'ats le porte-parole du DFAE Tilman Renz. Le Neuchâtelois a précisé au souverain pontife qu'il serait le bienvenu en Suisse, a ajouté M. Renz.

Au terme de la messe inaugurale du pape François, M. Burkhalter a aussi rendu visite aux gardes suisses. «Il a remercié le commandant, le colonel Daniel Arnig, ainsi que les gardes, pour leur travail important au Vatican», a détaillé Tilman Renz. Les cardinaux Georges Cottier et Henri Schwery et les évêques Markus Büchel et Giacomo Grampa ont participé à cette rencontre, a ajouté le porte-parole.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!