Actualisé 26.11.2014 à 15:27

France

Dieudonné devant le juge pour un appel aux dons

Une peine de 150 jours amende à 150 euros a été requise mercredi à l'encontre de l'humoriste controversé, poursuivi pour avoir lancé sur internet un appel aux dons pour régler ses amendes.

Les sommes perçues ont été déclarées fiscalement comme des dons, assure l'avocat de Dieudonné.

Les sommes perçues ont été déclarées fiscalement comme des dons, assure l'avocat de Dieudonné.

Une peine de jours amende implique que le condamné voit sa peine transformée en emprisonnement s'il ne s'acquitte pas de la totalité de l'amende, soit 22'500 euros. Dieudonné n'était pas présent à l'audience, et ce afin que les débats, techniques, «soient plus sereins», a précisé son avocat Me Sanjay Mirabeau à l'AFP.

La décision a été mise en délibéré au 16 janvier. Dans une vidéo fin décembre 2013, Dieudonné évoquait notamment sa condamnation à 28'000 euros d'amende, prononcée par la cour d'appel de Paris le 28 novembre 2013 pour diffamation, injure et provocation à la haine et à la discrimination raciale pour des propos et une chanson, «Shoah nanas», dans deux vidéos diffusées sur internet.

Dans la vidéo qui lui vaut d'être poursuivi mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris, il évoquait alors l'«anataxe» qui permet selon lui de chanter la chanson «Shoah nanas», version détournée de «Chaud cacao» d'Annie Cordy, et lançait aux internautes: «Continuez à donner», «c'est pas de l'argent perdu», ou encore «plus vous m'aidez évidemment et plus on met le système en difficulté».

La loi punit le fait d'ouvrir ou d'annoncer publiquement des souscriptions ayant pour objet d'indemniser des amendes prononcées par des condamnations judiciaires.

Dieudonné M'bala M'bala, 48 ans, qui défraie régulièrement la chronique et a déjà été condamné, notamment pour des propos antisémites, fait encore l'objet de plusieurs procédures judiciaires, notamment pour fraude fiscale et provocation à la haine raciale.

Dieudonné a annoncé le 13 novembre, avec l'écrivain polémiste Alain Soral, le lancement d'un parti politique antisystème, «Réconciliation nationale». (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!