Actualisé

Interview«Difficile, d'embrasser comme un gay»

Avec «A Single Man», Colin Firth décroche ce qui pourrait être le rôle de sa vie. Du moins à ce jour.

par
Milos Mihajlovic/20Minuten

A 49 ans, le comédien anglais fait un virage à 180 degrés en délaissant les comédies romantiques («Bridget Jones», «Mamma Mia!») pour le drame.­ Dans le premier film mis en scène par le couturier Tom Ford, il incarne un homosexuel qui vit son dernier jour avant son suicide.

Votre rôle dans «A Single Man» vous a valu une nomination aux Oscars. En quoi votre prestation est-elle si spéciale?

Colin Firth . C'est le rôle qui était spécial. Je joue vingt-quatre heures de la vie d'un professeur gay, une histoire tragique avec un dénouement imprévisible. Mais je ne veux pas trop en dire.

Le réalisateur n'est autre que le célèbre créateur de mode Tom Ford. Comment était-ce de travailler avec lui?

Pour moi, Tom n'était pas un créateur de mode, mais un cinéaste. Après cinq minutes de tournage, j'avais oublié qu'il venait de la mode.

Il paraît que vous avez été payé en vêtements griffés Tom Ford plutôt qu'en argent.

C'est une blague. J'ai bien reçu quelques costumes, mais pas comme salaire.

Comment vous êtes-vous préparé à jouer un gay?

En vérité, je n'ai rien fait. Juste­ un peu de fitness pour les scènes de nu... par pure fierté!

Comment était-ce d'embrasser un homme?

Bien, mais c'était difficile d'embrasser comme un gay. Peloter Julianne Moore était pour moi beaucoup plus simple et passionnant.

Le jeune Carlos est interprété par Jon Kortajarena, dont on dit qu'il est le nouvel amant de Madonna...

Je n'ai pas encore eu l'occasion d'en parler avec Madonna (rires).

Bande-annonce

A Single Man

De Tom Ford

Avec Colin Firth, Julianne Moore, Matthew Goode

**

Taillé sur mesure pour Colin Firth

Quand un homme aussi attentif à la forme qu’un couturier réalise­ un film, il y met évidemment les formes. Et, en effet, tout ici est léché, très léché, un peu trop léché peut-être, au point que l’esthétique de «A Single Man» fait souvent obstacle à l’émotion. Mais ne faisons pas la fine bouche. Des drames aussi bien tournés, filmés à fleur de peau, on en redemande. Surtout avec un Colin Firth au sommet de son art.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!