Suisse: Difficile de faire bouger les fonctionnaires
Actualisé

SuisseDifficile de faire bouger les fonctionnaires

La semaine prochaine, le nouveau Tribunal administratif fédéral à Saint-Gall sera remis à l'Etat. Mais nombre d'employés refusent de se déplacer en Suisse orientale.

par
ofu
Les coûts du nouveau tribunal administratif fédéral à Saint-Gall, haut de dix étages, se montent à 106 millions de francs.

Les coûts du nouveau tribunal administratif fédéral à Saint-Gall, haut de dix étages, se montent à 106 millions de francs.

Loin de tout, un dialecte peu apprécié et aucune dynamique: les préjugés sur la Suisse orientale sont nombreux. Ces clichés sont également véhiculés par les 400 collaborateurs du Tribunal administratif fédéral (TAF), écrit jeudi le «TagesAnzeiger». Ces fonctionnaires fédéraux, qui travaillent actuellement à Berne, devront donc bientôt bouger en Suisse orientale. La raison: le nouveau TAF à Saint-Gall sera remis à l'Etat, la semaine prochaine. Sa conception est le résultat d'une décision prise il y a dix ans par le Parlement pour renforcer le fédéralisme suisse. Faire déplacer les 400 collaborateurs n'est ainsi pas une chose facile. Selon une enquête interne réalisée au printemps 2011, près de la moitié d'entre eux refuseraient d'aller à Saint-Gall.

Un susucre pour les fonctionnaires

Dans le but de les faire changer d'avis et de rendre la Suisse orientale plus alléchante à leurs yeux, l'administration avait voulu offrir une prime de 5000 francs aux employés. Mais ce petit sucre n'avait pas plu au Parlement, qui avait rayé cette somme de 2 millions de francs du budget, en décembre dernier. Certains élus de Suisse orientale s'étaient également montrés vexés du fait qu'on doive payer les fonctionnaires pour qu'ils acceptent d'aller travailler à Saint-Gall. «Personne n'a encore eu l'idée de demander une telle prime pour qu'un Saint-Gallois aille travailler à Berne», s'était indigné l'UDC d'Appenzell Rhodes-Intérieures Arthur Loepfe, membre de la commission des finances jusqu'en novembre dernier. «Une place de travail en Suisse orientale, ce n'est quand même pas être envoyé au goulag en Sibérie», s'était également emporté l'éditorialiste du «St-Galler Tagblatt».

Diverses aides

Pour tout de même motiver les juges, les greffiers et autres secrétaires à se déplacer dans l'est du pays, l'administration leur promet des aides en matière de crèches, des cours de langue ou encore des modèles flexibles de travail. Les employés du TAF pourront aussi passer jusqu'à 40% de leur temps de travail à la maison.

Ton opinion