aide au suicide: Dignitas devra demander une autorisation
Actualisé

aide au suicideDignitas devra demander une autorisation

L'organisation d'aide au suicide Dignitas devra demander une autorisation si elle entend mener ses activités à Wetzikon (ZH).

L'exécutif communal a annoncé jeudi que la commission des constructions avait décidé que le changement d'affectation du bâtiment était soumis à l'approbation des autorités.

Le fondateur de Dignitas, Ludwig Minelli, a réagi en affirmant qu'il allait examiner cette question. Il s'était déclaré convaincu qu'aucune autorisation n'était nécessaire pour son association qui projette de concentrer ses activités à Wetzikon (ZH) dès le mois d'octobre prochain. Le bâtiment acquis se trouve en face d'un jardin d'enfants, ce qui a suscité les protestations des autorités communales.

La commission des constructions a sommé Dignitas de solliciter une autorisation pour y mener ses activités. Si elles sont jugées conformes au plan de zone, elle recevra le feu vert des autorités. Par contre, si les «immissions» sont jugées inadmissibles, l'autorisation sera refusée.

L'emplacement choisi dénote d'un manque total de sensibilité, avait déjà dénoncé l'exécutif communal. Une école professionnelle se trouve également à proximité. Le bâtiment se situe dans une zone d'habitation où il peut y avoir des activités commerciales. Il abritait auparavant une entreprise d'électroménager.

Dignitas a suscité la controverse en Suisse et en Allemagne par ses suicides assistés auprès d'étrangers dans des appartements à Stäfa et à Maur (ZH). Les deux communes ont interdit à l'association de poursuivre ses activités en zone résidentielle. Ce fut également le cas à Schwerzenbach dans un local en zone industrielle, mais la commune a été déboutée par la justice.

Les méthodes utilisées par Dignitas ont également suscité la controverse, notamment le fait que l'organisation propose désormais aux candidats au suicide des sacs contenant de l'hélium pour provoquer une perte de conscience, puis la mort par asphyxie. Contrairement au pentobarbital de sodium (NAP), aucune ordonnance n'est nécessaire. (ap)

Ton opinion