Publié

Football - Coupe du mondeDimitri Oberlin en mode météorite

L'attaquant du FC Bâle affirme vivre sa «vraie première saison de professionnel». Il y aura connu la Champions League, l'équipe nationale et un FCB en difficultés comme rarement.

par
Robin Carrel
Athènes
Le jeune Suisse a surtout marqué les esprits en Champions League.

Le jeune Suisse a surtout marqué les esprits en Champions League.

Keystone/AP/Armando Franca

Il était trop tôt à l'automne dernier. Un estimé collègue avait osé la question face au sélectionneur national à l'automne et la réponse avait été cinglante. Cette fois, les prestations de l'attaquant broyard de 20 ans en Champions League semblent avoir gommé les doutes de Vladimir Petkovic. En quête presque désespérée d'un attaquant de pointe efficace, le «Mister» a souhaité intégrer la jeune promesse. «Pour voir», comme on dit au poker.

L'attaquant du FC Bâle n'est pas ce que l'on peut appeler un «goaleador». Mais dans le football moderne, de toute façon, ce ne sont plus forcément les avant-centres qui compilent les statistiques les plus folles. Pour un Robert Lewandowski, combien de Karim Benzema? Alors que des «ailiers-buteurs» comme Ronaldo, Messi, Salah ou Neymar, pour ne citer qu'eux, profitent chaque match du travail de l'ombre des attaquants de pointe...

9 buts cette saison

Oberlin a joué, cette saison, 31 matches et compilé 1741 minutes de jeu toutes compétitions confondues. Il a marqué à 9 reprises, offert une passe décisive et surtout marqué les esprits en Champions League, avec un doublé à l'aller et un but au retour face à Benfica. Le natif de Yaoundé reste tout de même limité au niveau statistiques en Super League, avec quatre réalisations en 19 apparitions.

Sa sélection tient donc du pari, de la promesse, de l'investissement dans l'avenir pour le sélectionneur. Le joueur, lui, ne se fait d'ailleurs pas tellement d'illusions quant à une participation au prochain Mondial: «Je suis très heureux d'être ici. Chaque joueur rêve d'obtenir une telle convocation une fois dans sa vie. Je vais profiter à 100% et essayer de montrer quelque chose. La Coupe du monde n'est pas un objectif. On rêve tous de la jouer quand on est jeune, mais pour le moment, je suis juste content d'avoir été appelé, je veux profiter et apprendre.»

«Je ne pensais pas en arriver là»

Le joueur est d'ailleurs parfaitement lucide à l'interview, comme à l'heure de commenter sa trajectoire météorique qui l'a vu découvrir la Super League, la Champions League et désormais le niveau international en l'espace d'un an. «C'est ce que je recherchais en revenant en Suisse: commencer réellement ma vraie première saison de professionnel, a-t-il avoué avant de décoller pour la première fois avec l'avion de l'équipe A en direction de la Grèce. C'est beau. Je ne pensais pas en arriver là il y a un an, quand je ne jouais pas à Salzbourg et que j'étais blessé.»

Le sélectionneur, pour sa part, ne fait pas mystère de ses intentions, avec le nouvel espoir suisse venu du Cameroun. «Je veux qu'il me montre ce qu'il a fait ces derniers temps en club, a dit Vladimir Petkovic. C'est un talent, mais je n'ai pas d'attentes particulières le concernant. Il faut qu'il reproduise ce qu'il fait en club: faire des différences et le faire régulièrement.» La prochaine différence viendra sans doute du compte en banque du FCB, qui dispose d'une option d'achat à hauteur de 5 millions d'euros sur le joueur actuellement prêté par le Red Bull Salzbourg. Sans doute un autre pari. Gagnant?

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!