Football: Dino Baggio inquiet des produits reçus pendant sa carrière

Publié

FootballDino Baggio inquiet des produits reçus pendant sa carrière

L’ex-international italien, ancien coéquipier de Gianluca Vialli et Sinisa Mihajlovic récemment disparus, a jugé «nécessaire d’enquêter» sur les «substances» médicamenteuses administrées aux footballeurs dans les années 1990 en Italie.

L’Italien lors d’un match vétéran.

L’Italien lors d’un match vétéran.

imago sportfotodienst

Dans un entretien à la Gazzetta dello Sport, celui qui a été joueur professionnel entre 1990 et 2005 assure ne pas évoquer d’éventuelles pratiques dopantes, en précisant des propos accordés la veille à une télévision italienne, mais les «compléments» et les médicaments reçus pendant sa carrière.

«Imaginez que les médecins pouvaient nous donner des substances dopantes: nous avions des contrôles tous les trois ou quatre jours... Non, simplement, je voudrais savoir de la part des scientifiques si les compléments (légaux, ndlr) que nous prenions peuvent, à long terme, créer des problèmes dans notre corps», explique Dino Baggio, 51 ans, qui a notamment remporté trois fois la Ligue Europa, avec la Juventus et Parme.

Dino Baggio il y a plus de vingt ans, sous les couleurs de Parme.

Dino Baggio il y a plus de vingt ans, sous les couleurs de Parme.

«Mon raisonnement nait de la douleur que je ressens pour la disparition de Vialli, que j’ai toujours considéré comme un ami et qui m’a tant aidé, de Mihajlovic et d’autres garçons qui, comme moi, ont joué au football dans les années 90 (...). Je pense qu’il est nécessaire d’enquêter sur les substances pharmacologiques prises à cette époque», ajoute celui qui a évolué avec Vialli à la Juve et avec Mihajlovic à la Lazio Rome. Vialli est décédé le 6 janvier, à 58 ans, des suites d’un cancer du pancréas, et Mihajlovic est mort le 16 décembre, à 53 ans, après avoir combattu ces dernières années une leucémie.

«J’aimerais que la science puisse nous apporter des réponses sur les médicaments qui nous ont été administrés, pour récupérer d’une blessure ou retrouver de l’énergie», affirme encore l’ex-milieu de terrain ayant porté le maillot de l’Italie à soixante reprises, qui fait aussi part de ses inquiétudes concernant les produits utilisés pour entretenir les gazons.

(AFP)

Ton opinion