Protestations en Iran: Dirigeant réformateur arrêté, sept personnes tuées
Actualisé

Protestations en IranDirigeant réformateur arrêté, sept personnes tuées

Mohamad Ali Abtahi, un dirigeant réformateur iranien de premier plan, a été arrêté mardi matin, a annoncé son entourage sans plus de précisions.

Sept personnes ont en outre été tuées près du lieu de la manifestation de l'opposition lundi dans la capitale iranienne, rapporte mardi la radio officielle d'information Radio Payam.

Ali Abtahi est un ancien vice-président de la République islamique d'Iran qui avait apporté son soutien à un candidat réformiste lors de l'élection présidentielle contestée de vendredi officiellement remportée par l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad.

«Sept personnes ont été tuées près du rassemblement illégal à Téhéran», a annoncé Radio Payam. Celle-ci n'a pas précisé s'il s'agissait de partisans de l'opposition. Elle a ajouté que plusieurs personnes avaient été blessées lorsque des «voyous» avaient tenté d'attaquer un poste militaire.

Plusieurs dizaines de milliers de partisans du candidat réformateur à la présidentielle Mirhossein Moussavi ont manifesté lundi dans la capitale iranienne, malgré l'interdiction gouvernementale, pour dénoncer une élection «volée» selon eux.

Ils contestent les résultats officiels qui ont vu la victoire du président sortant Mahmoud Ahmadinejad dès le premier tour de scrutin, vendredi, avec 63% des voix.

Un homme a été tué lundi par des membres de la milice islamique des bassidji qui ont ouvert le feu lorsque des manifestants ont attaqué leur local, selon un photographe iranien qui a été témoin de la scène.

Deux rassemblements concurrents prévus à Téhéran

Deux rassemblements concurrents sont prévus ce mardi sur la même place Vali-ye Asr de Téhéran. L'un en faveur du président Mahmoud Ahmadinejad, l'autre pour le candidat réformateur malheureux Mir Hossein Moussavi.

Les partisans de Mahmoud Ahmadinejad prévoient une manifestation au même endroit que celle des pro-Moussavi, mais deux heures plus tôt, à 12h30 suisse, selon l'agence officielle Irna. Ils entendent «protester contre les émeutes et les dommages infligés aux équipements publics», a dit l'agence.

Les partisans de M. Moussavi, candidat malheureux à la présidentielle du 12 juin et qui s'étaient rassemblés en masse lundi, prévoient eux une manifestation sur la place Vali Asr à 17h00 (14h30 suisse).

M. Moussavi n'entend pas participer à cette manifestation mais «demande au peuple et à ses partisans d'agir pacifiquement, de ne pas tomber dans le piège des combats de rue et de conserver le calme».

L'ex-Premier ministre, qui conteste la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad dans le scrutin du 12 juin, avait participé lundi à une manifestation pacifique de grande ampleur. Elle a été endeuillée à la fin par la mort de sept manifestants.

Ministre de l'intérieur accusé

Le président du parlement iranien, Ali Larijani, a par ailleurs affirmé mardi que le ministère de l'Intérieur «était responsable et devait répondre» de violentes attaques contre des étudiants et des habitants d'un grande cité du nord Téhéran, a rapporté l'agence Ilna.

«Que signifie qu'on attaque le dortoirs des étudiants dans la nuit ou qu'à 02h30 du matin on attaque une cité d'habitation et que l'on perturbe la tranquillité des habitants. Le ministre de l'Intérieur est responsable et doit répondre», a déclaré M. Larijani.

Selon des sites internet estudiantins, les dortoirs ont été la cible dimanche soir d'une violente attaque de la part d'hommes en civil présumés membres de la milice islamique du bassidj. L'intervention aurait fait plusieurs morts, selon ces informations.

Les bassidjis dépendent du corps des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime.

Des centaines de milliers d'opposants au président Mahmoud Ahmadinejad ont manifesté lundi à Téhéran

(source:youtube) (ats)

Ton opinion