Mondial 2014: Dis-moi qui tu es, je te dirai où tu tires ton penalty
Actualisé

Mondial 2014Dis-moi qui tu es, je te dirai où tu tires ton penalty

Les statistiques peuvent fournir des informations très importantes. Le Wall Street Journal a par exemple décortiqué les penalties tirés par les stars encore en course.

par
ads

Avec le début de la phase à élimination directe, 90 et même 120 minutes peuvent ne pas suffire pour départager deux nations. S'ensuit alors un duel à la vie à la mort, où la tension est si intense que les risques d'arrêt cardiaque s'en trouvent renforcés. Pas plus tard qu'hier, un homme de 69 ans a succombé au psychodrame qui a vu le Brésil terrasser le Chili grâce à deux parades de Julio Cesar et l'aide du poteau sur le 5e tir chilien.

Pour définir les tirs au but, on parle souvent de «loterie», si bien qu'à chaque grand tournoi, des voix s'élèvent parmi les perdants pour réclamer une alternative. Pourtant, est-ce vraiment une loterie? Un coup d'oeil au bilan des habitués de cet exercice peut remettre en cause cet état de fait: l'Allemagne, par exemple, affiche un immaculé 4 sur 4, alors que l'Angleterre a vu son parcours se terminer les 3 fois où elle a été dos-à-dos avec son adversaire après 120 minutes.

L'antisèche de Jens Lehmann

En réalité, un penalty est une équation à paramètres multiples, nécessitant non seulement de la technique, mais également de la psychologie. Par exemple, alors que les tirs au but réussis tournent autour des deux tiers, seuls 44% sont marqués lorsque le destin du pays est entre les mains (ou plutôt les pieds) du tireur.

Si le plan statistique n'est pas nouveau, il s'est extrêmement développé avec l'accès à toutes les données en deux clics. Ainsi, huit ans après l'antisèche de Jens Lehmann, le gardien allemand qui avait glissé dans ses chaussettes les préférences de chaque joueur argentin pour les tirs au but (la Mannschaft avait gagné 4-2), les visualisations de données nous livre presque tous les secrets des stars de la Coupe du monde. A voir dans notre diaporama ci-dessus, dont les visualisations ont été réalisées par le site spécialisé dans les statistiques sportives Opta et le Wall Street Journal.

Ton opinion