Discussions salariales intensives entre Londres et enseignants

Publié

Royaume-UniDiscussions salariales intensives entre Londres et les enseignants

Le gouvernement britannique et les syndicats d’enseignants tentent de trouver une issue au mouvement de grève, au lendemain d’une avancée majeure dans le secteur de la santé.

Comme les soignants, les enseignants britanniques (photo) réclament depuis longtemps une hausse des salaires.

Comme les soignants, les enseignants britanniques (photo) réclament depuis longtemps une hausse des salaires.

REUTERS

Confronté à une inflation qui dépasse les 10%, le Royaume-Uni a vu, ces derniers mois, se multiplier les mouvements sociaux, aussi bien dans le public que dans le privé. Gouvernement et syndicats ont annoncé qu’ils engageaient, dès ce vendredi, des «discussions intensives», sur les salaires des enseignants, leurs conditions de travail et une réduction de leur charge de travail.

«Afin que les discussions commencent et, nous espérons, aboutissent à une issue positive, le syndicat NEU a confirmé une période de calme de deux semaines, durant laquelle il a indiqué qu’il n’annoncerait pas de nouvelles dates de grèves», selon le texte, qui précise que les discussions se poursuivront durant le week-end.

Avancée dans la Santé

Cette perspective intervient au lendemain d’une proposition d’augmentation des salaires concernant plusieurs catégories d’agents du système public de santé en Angleterre. Soutenue par plusieurs syndicats, elle doit encore être soumise au vote de leurs adhérents pour mettre fin au mouvement. Les employés concernés recevront une prime supplémentaire de 2% sur leur rémunération de l’année fiscale en cours (avril 2022-avril 2023), qui s’ajoute à l’augmentation de 4% initialement décidée.

Ils percevront en plus un versement unique dont le montant dépendra de leur ancienneté, mais sera d’au moins 1250 livres (1405 francs). Enfin, les salaires de l’année prochaine (avril 2023 – avril 2024) progresseront de cinq pour cent.

L’espoir du gouvernement

Les infirmières ont débrayé à plusieurs reprises depuis le mois de décembre, lors d’un mouvement inédit depuis la création de leur principal syndicat, le Royal College of Nursing, il y a plus d’un siècle. Le gouvernement a bon espoir de parvenir à un accord similaire avec les médecins hospitaliers. «La même offre est là, je crois que la bonne chose à faire pour eux est de l’accepter, j’espère qu’ils le feront», a déclaré, vendredi, le vice-Premier ministre, Dominic Raab.

Mercredi, des centaines de milliers de personnes, enseignants, conducteurs du métro londonien, médecins, fonctionnaires, ont fait grève dans le pays, alors que le ministre des Finances, Jeremy Hunt, présentait le budget. Des milliers de manifestants avaient convergé pour se rassembler à Trafalgar Square, à Londres.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire