Actualisé 30.05.2012 à 11:26

Industrie Disques Office va licencier 18 salariés

L'importateur, vendeur et distributeur de CD et DVD Disques Office a distribué des lettres de licenciement à 18 de ses 55 employés.

Ayant réuni l'ensemble du personnel mardi en fin d'après-midi, Disques Office a finalement confirmé l'esquisse d'une restructuration importante.

«La Liberté» informait dans ses colonnes que Disques Office, basé à Fribourg et actif depuis plus de 50 ans, devait se débarrasser de 30 de ses 55 salariés d'ici la fin du mois. Mardi, la réponse à la procédure de consultation communiquée aux employés a validé les intentions de l'entreprise, mais seules 18 personnes ont reçu une lettre de congé.

«Il y a eu très peu de propositions alternatives au licenciement de la part des salariés», reconnaît l'entreprise, contactée par l'ATS. «Cela fait des années que le secteur est en crise et que nous essayons de trouver d'autres solutions, mais aujourd'hui, nous sommes obligés de nous séparer d'une partie de nos collaborateurs dans la douleur.»

«Il est difficile de dire si oui ou non d'autres licenciements suivront», fait remarquer Armand Jacquier, secrétaire du syndicat Unia pour la région de Fribourg, contacté mercredi par l'ATS. «Ce qui est sûr, c'est que les employés de la boîte qui ont conservé leur poste ne sont pas rassurés pour autant.»

Volonté mise en cause

«La procédure de consultation a bien été ouverte le 15 mai mais sans volonté», déplore le secrétaire syndical. A l'issue d'une première séance d'information de la direction sur le sujet au début de cette période, les employés de l'entreprise avaient contacté dans de brefs délais le syndicat.

«Il aurait fallu plus de temps à disposition des employés pour mener une procédure de consultation réaliste et ne pas leur demander de prendre position en quelques jours», poursuit Armand Jacquier. «Nous avons affaire ici à une procédure de consultation alibi, qui respecte les bases légales mais où l'entreprise a déjà pris sa décision depuis le départ.»

Soit un licenciement collectif pour sauver l'entreprise, dont le chiffre d'affaires aurait chuté de plus de 50% en cinq ans et de 17% pour la seule année 2011, selon des résultats contenus dans une lettre d'information delivrée aux employés de l'entreprise, dont «La Liberté» s'est procuré un exemplaire.

Disques Office a dû affronter le départ de plusieurs gros clients, tels City Disc, la Fnac et Migros, ainsi que le désengagement de Sony, son principal fournisseur avec 22% du chiffre d'affaires. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!