Actualisé 10.07.2013 à 13:37

FranceDissolution de trois groupes d'extrême droite

Mercredi, le Conseil des ministres a dissous trois groupes qualifiés de milices privées incitant à la discrimination et à la haine.

de
mco

Le Conseil des ministres a dissous mercredi trois groupes français d'extrême droite présentant les «caractéristiques de milices privées» incitant à «la discrimination et à la haine», a annoncé la porte-parole du gouvernement.

Les trois groupes dissous sont «Troisième voie», «Jeunesses nationalistes révolutionnaires» (JNR) et l'association «Envie de rêver», a précisé Najat Vallaud-Belkacem.

Des sympathisants de ces structures avaient été impliqués dans la mort le 6 juin d'un jeune militant d'extrême gauche, Clément Méric, à la suite d'une rixe à Paris.

Cinq personnes, dont une femme, gravitant dans la mouvance skinhead d'extrême droite, ont été mises en examen après ce décès. Le principal mis en cause, Esteban Morillo, 20 ans, est un sympathisant de «Troisième voie» et des JNR, leur service d'ordre.

Serge Ayoub, le fondateur de Troisième voie et des JNR, a annoncé à l'AFP qu'il attaquerait le décret de dissolution devant le Conseil d'Etat afin de le faire annuler pour «abus de pouvoir».

Il avait pourtant lui-même annoncé le 25 juin l'auto-dissolution de ces deux mouvements.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!