Canton de Fribourg: Diversité et camaraderie à la Gay Pride
Actualisé

Canton de FribourgDiversité et camaraderie à la Gay Pride

Entre 3000 et 5000 personnes ont défilé dans la diversité, selon le thème de cette Pride romande, samedi après-midi à Fribourg.

1 / 8
Environ 3000 personnes ont défilé dans les rues de Fribourg à l'occasion de cette Gay Pride romande. (Samedi 25 juin 2016)

Environ 3000 personnes ont défilé dans les rues de Fribourg à l'occasion de cette Gay Pride romande. (Samedi 25 juin 2016)

Keystone
La parade s'est passée dans le calme et aucun débordement n'a nécessité l'intervention des autorités. (Samedi 25 juin 2016)

La parade s'est passée dans le calme et aucun débordement n'a nécessité l'intervention des autorités. (Samedi 25 juin 2016)

Keystone
(Samedi 25 juin 2016)

(Samedi 25 juin 2016)

Keystone

L'ambiance était festive et musicale, samedi après-midi, malgré les menaces du ciel, une violente averse ayant précédé la Gay Pride 2016.

Celle-ci, un peu plus maigre que ces dernières années, a pu se dérouler au sec. Elle a réuni entre 4500 et 5000 personnes selon les organisateurs, quelque 3000 selon la police cantonale. Cette dernière a en outre estimé à environ 2500 le nombre de spectateurs sur le parcours.

Le soleil s'est même fendu d'un bref clin d'oeil à cette population arc-en-ciel peu avant que la parade atteigne Le Village où la fête devait se poursuivre tard dans la nuit avec des concerts et autour de buvettes et autres stands.

«Vivre les différences» était le thème de cette Pride romande. A voir défiler les participants, elle ne pouvait être plus représentative. Gays, lesbiennes, bi, trans, toutes les orientations sexuelles qui ne suivent pas la majorité hétérosexuelle étaient là.

Ce monde divers est apparu sous les tenues les plus excentriques. Une équipe d'amateurs de cuir masqués ou déguisés en loup en provenance de plusieurs cantons alémaniques a fait forte impression aux côtés de quelques drag-queens, de seins nus ou des incontournables Soeurs de la perpétuelle indulgence.

Pas dérangée

Mais pas seulement. Monsieur Tout-le-monde était là aussi. Sous la bannière de leur canton, de leur organisation professionnelle, politique ou sportive, les participants n'ont pas été importunés par près de cinquante membres de la Fraternité St-Pi X, malgré les craintes qu'a laissé planer l'autorisation accordée par le préfet de leur réserver une place le long du parcours.

Les autorités ont eu la bonne idée de placer ces catholiques traditionalistes, dont une dizaine en soutane, à une vingtaine de mètres en retrait de la parade, dans une rue perpendiculaire. L'un ou l'autre sont sortis du rang pour aller provoquer ceux qui récitaient en latin des Ave Maria à tue-tête. La police était là, mais n'a pas eu à intervenir.

A l'occasion de cette Pride, les organisateurs ont encore voulu mettre en avant la lutte contre les discriminations et violences liées au genre, ainsi que le combat pour l'égalité. Des mots qui avaient un sens particulier cette année, notamment à l'ouverture du Village vendredi, quand le ruban d'inauguration a été dédié à Barbara Poma, la propriétaire du Pulse, la boîte de nuit où a eu lieu le drame d'Orlando, aux Etats-Unis.

Aucun débordement ne s'est produit, a indiqué la police. (nxp/ats)

Ambiance différente en Roumanie

Un millier de personnes ont défilé samedi pour la Bucarest Gay Pride, réclamant «des droits égaux pour tous types de familles», sur fond d'une initiative d'associations visant à faire interdire les mariages homosexuels par la Constitution. La tentative d'amender la loi fondamentale «n'est pas démocratique, et je crois que ce n'est qu'une question de temps pour que la Cour Constitutionnelle donne un avis défavorable à une telle démarche», a déclaré à l'AFP Florin Buhuceanu, de l'association Accept.

Fin mai, plusieurs ONG ont déposé au Parlement une proposition d'amendement constitutionnel visant à interdire les mariages homosexuels, appuyée, selon elles, par trois millions de signatures.

Les mariages entre personnes de même sexe sont déjà interdits par le code civil.

(NewsXpress)

Ton opinion