Eolien (GE): Divorce à l'amiable entre les SIG et Ennova
Actualisé

Eolien (GE)Divorce à l'amiable entre les SIG et Ennova

Les Services industriels genevois sont parvenus à rompre le contrat qui les liait à la société tessinoise, censée construire des parcs éoliens.

par
jef
Aucune des hélices pour lesquelles les SIG ont financé Ennova n'ont été construites.

Aucune des hélices pour lesquelles les SIG ont financé Ennova n'ont été construites.

Les Services industriels genevois (SIG) et la société Ennova ont annoncé ce mardi qu'ils avaient trouvé un accord pour rompre le contrat qui les liait. Cet accord doit encore être validé par le conseil d'administration de la régie publique, qui se réunira jeudi. Selon leur communiqué de presse conjoint, les SIG pourront se désengager totalement de la société tessinoise spécialisée dans l'énergie éolienne, et abandonner leur participation à l'ensemble des projets développés par l'entreprise.

L'argent investi dans l'énergie éolienne par les SIG au cours des dernières années avait poussé leur directeur général, André Hurter, à démissionner en septembre. Depuis mai 2011, la régie publique avait investi 46 millions de francs dans la société Ennova: 13 millions pour acquérir 20% du capital de la société, et 33 millions prêtés sans intérêts afin de construire des parcs éoliens, dont aucun n'a vu le jour jusqu'à présent.

Bref, plusieurs indices laissaient supposer que ces millions avaient été investis à perte. Pis, selon la «Tribune de Genève», à supposer que ces parcs aient vu le jour, les SIG auraient sans doute dû s'acquitter d'environ un milliard de francs de redevances, soit bien plus que le prix du marché actuel du mégawatt.

Ton opinion