Drame du tunnel du Mont-Blanc: Dix ans après, les familles commémorent le drame mardi
Actualisé

Drame du tunnel du Mont-BlancDix ans après, les familles commémorent le drame mardi

Les familles des victimes de l'incendie du tunnel du Mont-Blanc commémorent mardi à Chamonix (Haute-Savoie) le dixième anniversaire du drame, qui avait coûté l...

Les familles des victimes de l'incendie du tunnel du Mont-Blanc commémorent mardi à Chamonix (Haute-Savoie) le dixième anniversaire du drame, qui avait coûté la vie à 39 personnes le 24 mars 1999, et rappellent à cette occasion qu'une quarantaine de tunnels français restent très dangereux.

Ce jour-là, un camion transportant de la farine et de la margarine avait pris feu au milieu du tunnel du Mont-Blanc, long de 11,6 km.

L'incendie, qui avait fait rage pendant trois jours, s'était propagé à 35 véhicules et 39 personnes étaient mortes asphyxiées dès les premières minutes.

Seize prévenus, personnes physiques ou morales, ont été poursuivies pour "homicides involontaires par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité".

En 2005, le tribunal correctionnel de Bonneville avait prononcé 13 condamnations, dont celles des sociétés exploitantes du tunnel: la société française Autoroute et tunnel du Mont-Blanc (ATMB) et la société italienne du tunnel du Mont-Blanc (SITMB) avaient respectivement écopé de 100.000 et 150.000 euros d'amende.

En appel, en juin 2007, la cour d'appel de Chambéry avait confirmé la condamnation du responsable français de la sécurité du tunnel, Gérard Roncoli, qui avait écopé de la peine la plus lourde: 30 mois de prison, dont six ferme.

En 2006, un accord d'indemnisation a permis aux familles des victimes de se partager 27 millions d'euros.

"Pour nous, ce dixième anniversaire est l'occasion d'alerter les pouvoirs publics sur la dangerosité des tunnels", explique le président de l'association de défense des victimes André Denis, qui a perdu dans le drame son épouse, sa fille et son gendre.

Selon l'association, 42 tunnels français "sont de véritables pièges mortels en cas d'accident", dont ceux du Fréjus (Savoie), de la Défense et des Halles à Paris.

"On ne circule pas dans un tunnel comme sur une autoroute", rappelle M. Denis qui réclame "des panneaux à l'entrée pour informer les conducteurs qu'ils circulent dans un endroit dangereux".

Depuis la réouverture du tunnel en 2002, la société chargée de sa gestion créée par ATMB et SITMB a investi 400 millions d'euros dans la sécurité. Trente-sept abris pressurisés, connectés au poste de commande et reliés à une galerie d'évacuation, ainsi que 3.860 capteurs de chaleur et 120 caméras ont été installés.

"Le tunnel du Mont-Blanc est un exemple de tunnel parfaitement sûr. Je suis absolument certain qu'il est impossible d'avoir une catastrophe comme celle que l'on a connue en 1999", estime André Denis. "Les mesures de sécurité ont été appliquées au-delà de ce que l'on pouvait imaginer: maintenant il faut moins de deux minutes aux secours pour être sur place, alors qu'avant il leur fallait quinze minutes", poursuit-il.

La commémoration débutera mardi matin par une cérémonie religieuse et se poursuivra avec un lâcher de 39 colombes blanches et un recueillement devant le mémorial à Chamonix.

Ton opinion