Abus sexuels: Dix autres cas examinés par l'évêché de Coire
Actualisé

Abus sexuelsDix autres cas examinés par l'évêché de Coire

Après le diocèse de Bâle, le scandale des prêtres pédophiles secoue aussi le diocèse de Coire et l'abbaye d'Einsiedeln (SZ).

Les aveux d'un prêtre schwyzois ont mis le feu aux poudres. Il a reconnu mercredi avoir abusé de mineurs en Allemagne et en Autriche dans les années 70.

Cet administrateur paroissial a démissionné. Il avait travaillé durant seize ans pour l'évêché de Bâle et dix-huit pour celui de Coire. Selon les archives du diocèse de Bâle, il semble que les responsables de l'époque savaient que l'homme avait dû quitter ses précédents postes pour «actes sexuels non autorisés», reconnaît l'institution.

Il a été engagé sous condition d'un traitement médical et qu'un abbé lui serve de «père spirituel». Cet engagement doit être considéré aujourd'hui comme «une erreur d'appréciation indéfendable», souligne la direction de l'évêché.

Celle-ci précise qu'à sa connaissance ce prêtre ne s'est pas rendu coupable d'acte pédophile durant les seize ans qu'il a travaillé pour le diocèse de Bâle. A l'époque, «un bon réseau, l'abus d'autorité ou une dissimulation directe» permettait de garder son poste, déplore l'évêché.

D'autres cas

De son côté, le diocèse de Coire affirme ne pas avoir été au courant des actes de pédophilie du prêtre schwyzois. Après les aveux de ce dernier, une enquête a été ouverte en Autriche.

Par la voix du vicaire Christoph Casetti, l'évêché de Coire a toutefois indiqué à l'ATS qu'il est en train d'examiner dix autres cas possibles d'abus sexuels perpétrés par des prêtres, dont certains dateraient de plusieurs décennies. Les cantons de Zurich, Schwyz et des Grisons sont concernés.

L'évêché a reçu des informations de victimes. Il précise que seuls deux cas ont été annoncés après que l'affaire du prêtre schwyzois a éclaté, les autres lui ayant été signalés auparavant. Dans un des cas, l'auteur est décédé.

Collège d'Einsiedeln

Le vicaire souligne la volonté du diocèse d'aider les victimes. Elle leur demande de contacter le groupe «abus sexuels dans l'accompagnement spirituel» qui réunit six psychologues, théologiens et juristes.

Dans le même temps, l'évêché veut examiner ce qui s'est passé depuis 1960. Depuis son entrée en fonction en 1982, le vicaire a déclaré avoir eu connaissance d'une demi-douzaine de cas d'abus sexuels par des prêtres. «Mais je ne connais pas tous les cas», a-t- il précisé.

Autre pierre dans le jardin du diocèse de Coire, l'abbaye d'Einsiedeln a été mise en cause par la télévision alémanique SF. Cinq moines de la communauté ont été impliqués dans des affaires d'attouchements et, dans un cas, de rapport sexuel, a précisé à l'ATS l'abbé Martin Werlen. Les moines concernés ont été éloignés du collège. Aucune plainte n'a été déposée.

Les abus continuent

Les abus commis par des religieux n'appartiennent pas qu'au passé. La Conférence des évêques suisses a reçu 60 plaintes ces quinze dernières années, selon le directeur de la commission chargée par la Conférence des évêques suisses (CES) de gérer les abus sexuels des prêtres, le juriste Adrian von Kaenel.

Mais l'église catholique ne dénonce pas activement les coupables à la justice, explique-t-il. Elle laisse aux victimes le soin de déposer plainte. Par la voix de son porte-parole, le président de la CES Norbert Brunner a indiqué qu'il ne voyait pas de nécessité de changer cette manière de faire

Outre la Suisse, les scandales liés aux prêtres pédophiles touchent l'Irlande, l'Allemagne, l'Autriche, les Pays-Bas, mais aussi l'Espagne, l'Italie et le Brésil. La diffusion d'une lettre du pape aux catholiques irlandais est attendue samedi. Il s'agira du premier document officiel de l'église catholique sur la pédophilie. (ap)

Ton opinion