Actualisé 27.06.2011 à 10:25

Israël

Dix bateaux prêts à tout pour aider les Palestiniens

La flottille de la liberté II tentera de briser le blocus israélien sur Gaza. A son bord: de l'aide humanitaire, 350 passagers internationaux et... «20 minutes».

de
Shahïn Ammane, Athènes

«Les dix navires seront certainement pris d'assaut par des commandos israéliens armés et très déterminés». Malgré la lourde chaleur grecque, l'avertissement d'Eva a glacé le sang des quelque 30 personnes présentes hier à une séance d'informations.

Interdite de conférence dans plusieurs hôtels, l'association Free Gaza, dont Eva est la coordinatrice britannique, a dû rassembler à la dernière minute son monde dans l'arrière-salle d'un kebab athénien.

Artillerie lourde

Aux effluves de viande rôtie est venue se mélanger l'odeur de la peur à l'évocation de l'arsenal israélien: Hélicoptères de combat, navettes rapides, fusils mitrailleurs, bombes assourdissantes et lacrymogène, Taser, chiens de combat… «Notre seule réaction est la non-violence et le calme», assure Eva.

Il faut dire que la jeune femme sait de quoi elle parle. Elle a participé à la première édition de la flottille de la liberté l'année passée. Neuf membres de la délégation turque embarquée sur la Mavi Marmara étaient tombés sous les balles des soldats de Tsahal lors d'un assaut survenu en eaux internationales.

Peu d'espoir

«Je pense que les condamnations internationales qui ont suivi cette attaque meurtrière devrait pousser l'état hébreux à plus de retenue cette fois-ci», relativise Epsen, un membre de la délégation norvégienne présent sur la Mavi Marmara en 2010.

Soulagement dans la salle. Les participants retrouvent l'appétit et mangent un sandwich et rêvent à haute voix d'accès aux côtes palestiniennes et à la distribution de tonnes de vivres au million et demi de Gazaouis: «N'y comptez pas trop, conclut Epsen. Il n'y a aucun moyen de négocier avec les soldats et la non-coopération ou l'obstination d'un passager peut coûter cher à tous les autres participants».

Réagissez! Que pensez-vous de cette initiative?

Le plan de navigation

Toutes les personnes présentes hier devraient embarquer sur le cargo italien. Les délégations françaises et norvégiennes comptent parmi elles des parlementaires.«Nous sommes déçu des défections de nos parlementaires», lance Zerka Sahnoune coordinatrice à l’association suisse «droit pour tous». En effet, la délégation helvétique a été réduite à son strict minimum suite à ces revirements. Les autorités grecques, comme chypriotes, ont interdit à la flottille d’appareiller depuis leurs ports en direction de Gaza, raison pour laquelle les délégations seront emmenées en navettes jusqu’aux navires qui se trouveront dans les eaux internationales à un point de ralliement gardé secret pour des raisons de sécurité.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!