Actualisé 21.05.2012 à 19:17

SyrieDix-huit soldats tués dans des combats

Au moins 18 soldats et deux déserteurs ont été tués lundi dans de violents combats dans le nord-ouest de la Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ces combats se sont déroulés dans une zone située entre la localité d'Atareb dans la province d'Alep (nord) et celle de Kafar Karmin dans la province d'Idleb (nord-ouest). Des chars, des blindés et des transports de troupes ont en outre été détruits, a précisé l'ONG basée en Grande-Bretagne.

Au total, 38 personnes ont péri lundi en Syrie, dont cinq civils, 11 déserteurs et 22 soldats, en dépit du déploiement dans le pays de plus de 260 observateurs dépêchés par l'ONU dans le pays afin de surveiller un cessez-le-feu techniquement proclamé le 12 avril et constamment violé depuis.

Ces nouvelles violences interviennent alors que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a averti que la recherche d'une solution pacifique à la crise syrienne était à un «moment critique» et réitéré sa crainte d'une guerre civile généralisée, après les violations répétées du plan de paix.

Selon l'OSDH, plus de 12'000 personnes ont péri en Syrie depuis mars 2011, en majorité des civils tués par les forces gouvernementales qui répriment dans le sang une contestation populaire inédite contre le régime du président Bachar al-Assad.

(afp)

Liban: deux roquettes tombent à Tripoli

Deux roquettes se sont abattues lundi soir sans faire de victime sur deux quartiers de Tripoli (nord), touchés la semaine dernière par des heurts meurtriers entre Libanais hostiles et favorables au régime syrien, a affirmé à l'AFP une source de sécurité.

«Une roquette est tombée sur le quartier des Américains, à majorité alaouite, sans faire de blessé. Une deuxième roquette s'est abattue entre le quartier de Jabal Mohsen, alaouite et le quartier de Tebbaneh, à majorité sunnite», a déclaré la source au sein des services de sécurité.

Dimanche, un dignitaire sunnite libanais connu pour son soutien à la révolte en Syrie, a été tué par l'armée libanaise entraînant des affrontements à Beyrouth qui ont fait lundi deux morts et 18 blessés, selon un autre responsable des services de sécurité.

En signe de protestation à la mort du cheikh sunnite, plusieurs routes ont été de nouveau coupées lundi soir par des pneus brûlés dans le nord du Liban, dans la Békaa (est) et de même que la route côtière menant de Beyrouth vers le sud, selon des témoins.

Le nord du pays a déjà été secoué par une semaine de heurts intermittents dans la grande ville de Tripoli entre sunnites hostiles au régime syrien et alaouites partisans du pouvoir à Damas, qui ont fait 10 morts.

La révolte en Syrie exacerbe les tensions au Liban, qui a connu 30 ans d'hégémonie syrienne et est divisé entre adversaires et partisans d'Assad. L'opposition libanaise a accusé le régime de Damas de vouloir semer le chaos au Liban pour détourner l'attention de la crise en Syrie.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!